Afrique: Le Directeur général de la FAO appelle à renforcer d'urgence la Grande muraille verte d'Afrique

communiqué de presse

Qu Dongyu s'est joint au Président français, M. Macron, et au Prince de Galles lors du Sommet «One Planet»

Paris/Rome, le 11 janvier 2021 - M. Qu Dongyu, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a appelé aujourd'hui à renforcer d'urgence l'initiative de la Grande muraille verte de l'Afrique afin de restaurer les terres dégradées, de créer des emplois et de lutter contre le changement climatique.

Le Directeur général a prononcé un discours en ligne lors du forum consacré à l'investissement en faveur de la Grande muraille verte qui s'est tenu en marge du «Sommet One Planet pour la biodiversité 2021», organisé par le Président français, Emmanuel Macron. À l'occasion de ce sommet, le Prince de Galles et le Président mauritanien, Mohamed Ould Ghazouani, ont également prononcé un discours. M. Qu a souligné que la FAO était engagée en faveur de l'initiative de la Grande muraille verte, rappelant que l'Organisation collaborait avec les populations de la région du Sahel afin de mettre en œuvre une stratégie globale de restauration des terres en fournissant des connaissances sur la phytologie et la mécanisation des méthodes agricoles traditionnelles, de manière à transformer les systèmes agroalimentaires et les paysages.

«Au cours des cinq dernières années, nous avons appliqué cette stratégie auprès de plus de 400 collectivités, ce qui a permis de remettre en état plus de 50 000 hectares de terres dégradées au profit de près d'un million de personnes», a-t-il observé.

Adoptée par l'Union africaine en 2007, la Grande muraille verte est l'initiative phare de l'Afrique pour lutter contre le changement climatique et la désertification et s'attaquer à l'insécurité alimentaire et à la pauvreté, avec pour objectif de restaurer 100 millions d'hectares de terres d'ici à 2030. La FAO joue un rôle de premier plan dans la mise en œuvre des projets liés à cette initiative.

Le Directeur général a déclaré que la FAO disposait d'un portefeuille de projets d'une valeur de 238 millions de dollars destinés à fournir un appui direct aux 5 piliers de l'Accélérateur de la Grande muraille verte ainsi que d'un portefeuille de projets global représentant un montant total de plus de 1,15 milliard de dollars en faveur de 11 pays de la Grande muraille verte.

La FAO fournit notamment une assistance technique en vue de restaurer les terres dégradées dans l'ensemble du Sahel, depuis la Mauritanie et le Sénégal à l'ouest jusqu'à Djibouti et à l'Érythrée à l'est du continent.

Le Directeur général a souligné qu'il fallait renforcer la collaboration entre les organisations internationales, les autorités nationales, le secteur privé et les populations locales afin de promouvoir des politiques, des technologies et des modèles d'activité novateurs susceptibles de soutenir les projets sur le terrain. M. Qu a indiqué que la FAO collaborait avec la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) à l'appui de l'initiative de la Grande muraille verte. Il a précisé que cet effort concerté constituerait un élément phare de la Décennie d'action en faveur de la réalisation des objectifs de développement durable et de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030, que la FAO dirige avec le PNUE. Il a ajouté que la FAO utiliserait également sa plateforme Main dans la main pour mettre en œuvre des projets connexes.

«L'initiative de la Grande muraille verte est une occasion historique d'œuvrer simultanément à la conservation de la biodiversité, à la lutte contre le changement climatique et au renforcement de la sécurité alimentaire», a-t-il déclaré.

Dans le discours qu'il a prononcé lors du forum, le Président français, M. Macron, a salué la contribution de la FAO à cette initiative et demandé de soutenir davantage les projets visant à renforcer la sécurité et la stabilité. Le Prince de Galles a proposé que la Grande muraille verte serve de modèle à d'autres régions du monde comme l'Amazonie, la Grande barrière de corail en Australie et les petits États insulaires en développement.

M. Ibrahim Thiaw, Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, a déclaré que la Grande muraille verte pouvait donner lieu à un nouveau modèle de développement, tandis que M. Gilbert Houngbo, Président du Fonds international de développement agricole, a estimé que le secteur privé pouvait jouer un rôle plus important en fournissant des investissements et un savoir-faire.

M. Akinwumi Adesina, Président de la Banque africaine de développement, M. Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l'Union africaine, M. Brian Moynihan, Président-directeur général de Bank of America, M. Yannick Glemarec, Directeur exécutif du Fonds vert pour le climat, et M. Abdoulaye Dia, Secrétaire exécutif de l'Agence panafricaine de la Grande muraille verte, ont également pris la parole lors de la manifestation.

Dans le cadre de ses projets, la FAO compte mobiliser et renforcer son réseau d'experts formés pour intervenir sur le terrain en vue de favoriser le renforcement des capacités et les activités de restauration des terres. Afin d'aider les agriculteurs et les pasteurs, l'Organisation fournit également des informations numériques en temps réel au moyen du Portail de données en libre accès sur la productivité de l'eau (WaPOR).

Il est essentiel de mobiliser des ressources afin de mener à bien, d'ici à 2030, l'initiative de la Grande muraille verte, qui vise à restaurer 100 millions d'hectares de terres dégradées, à créer 10 millions d'emplois verts et à fixer 250 millions de tonnes d'équivalent carbone.

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.