Madagascar: Tourisme - Des formations pour sauver les meubles

Faute de mieux et de touristes, des mesures de renforcement de capacité seront mises à disposition des opérateurs pour cette année.

Incertain. La bonne santé du secteur touristique pour cette année est encore difficile à confirmer. Hier, à Anosy, les nouveaux membres du bureau de la Confédération du Tourisme de Madagascar ont annoncé des mesures de professionnalisation en vue de mitiger les impacts de la crise et appuyer la relance post COVID-19 pour l'ensemble du secteur. Intitulé «Miatrika covid », le programme est initié par la CTM, en collaboration avec les autorités en charge et financé par la banque mondiale à travers le projet Pôle Intégré de Croissance, à hauteur de cinq millions d'euros. Il est en lien avec le Plan Multisectoriel d'Urgence (PMDU) du gouvernement.

« Il s'agit de maintenir les emplois de base dans les entreprises du secteur tourisme et de renforcer la capacité de mobilité professionnelle des travailleurs » explique Jöel Randriamandranto, ministre du Tourisme, du transport et de la météorologie. Ainsi, plus de deux cent cinquante sessions de formation seront organisées sur le Grand Tana, qui impacteront sur plus de cinq mille travailleurs du secteur tourisme. Ces formations porteront notamment sur les langues, les métiers de base du secteur tourisme, l'informatique de base ou encore l'entrepreneuriat. Les premières formations démarreront à la fin janvier 2021.

Alternative

Le programme s'étalera sur une année, qui cible particulièrement les employés directs des entreprises du secteur tourisme, déflatés ou non et les prestataires individuels affiliés ou non à des organisations professionnelles du secteur tourisme.

Pour participer à ces formations, ces bénéficiaires individuels devront être inscrits par des demandeurs éligibles, c'est-à-dire des entités formellement constituées et ayant les autorisations appropriées d'exercer dans le secteur du tourisme. Pour vérifier leur éligibilité, les demandeurs sont invités à visiter le site web www.miatrika.mg. Les procédures d'inscription se font également sur ce site. En somme, les principaux décideurs du secteur ont opté pour le renforcement de capacités des petites mains pour faire face à la situation de manque de clientèle apportée par le contexte de pandémie.

Pourtant, après un bilan peu reluisant pour l'année dernière, la plupart des opérateurs touristiques entrevoient un avenir, à moyens termes, encore plus à craindre pour leur secteur. Il s'agit dorénavant de revaloriser le tourisme national dans la mesure où ce dernier représente l'alternative la plus avantageuse pour atténuer les impacts de la saisonnalité, mais aussi et surtout celui de la pandémie, subis par le secteur lorsque la santé et la rentabilité de l'industrie touristique dépendent le plus souvent de l'affluence apportée par la venue des touristes étrangers. « Les initiatives dans le sens de la promotion du tourisme local qui ont déjà été entamé dernièrement, comme la promotion d'une région pour un mois, les foires régionales ou encore la promotion des bon-plans à travers les offres promotionnelles en ligne, sont maintenues pour accompagner ces mesures de professionnalisation des petites mains du tourisme » conclut le ministre du Tourisme.

A La Une: Voyages et Tourisme

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.