Sénégal: Lutte contre la migration irrégulière - Un changement de stratégies préconisé

13 Janvier 2021

Le Sénégal doit aller vers des pistes autres que la réponse sécuritaire afin de lutter contre l'émigration irrégulière. L'avis est de panélistes qui ont pris part à la table ronde organisée hier, mardi 12 janvier 2021, par Afrikajom Center avec comme thème : «Recrudescence de la migration après la Covid-19 : comprendre la détresse de la jeunesse et y trouver une réponse appropriée».

Afrikajom Center, en partenariat avec Open society initiative for West Africa (Osiwa), a organisé hier, mardi 12 janvier 2021, une table-ronde virtuelle sur la «Recrudescence de la migration après la covid-19 : comprendre la détresse de la jeunesse et y trouver une réponse appropriée». Ce conclave a été une occasion pour les panelistes de proposer des moyens à mettre en œuvre pour stopper l'émigration irrégulière.

Pour la représentante de l'Union européenne (Ue), Patrice Desbonnes, les pays européens ont inscrit dans leur agenda la lutte contre les passeurs. Pour elle, la migration est une question importante aussi bien pour le Sénégal que pour les pays de l'Union européenne. Ainsi, donc «elle sera un des sujets à aborder lors du prochain sommet entre l'Union européenne et les Etats africains», indique-t-elle. Toujours dans le cadre de la lutte contre l'émigration irrégulière, la représentante de l'Ue plaide pour que le Sénégal finalise son Document de politique migratoire (Dpm). Mieux, ajoute-t-elle, notre pays devra aussi promouvoir des opportunités économiques afin de mieux fixer les jeunes. Le Sénégal doit aussi faciliter l'octroi des financements et miser sur les secteurs porteurs d'avenir tels que le gaz et le numérique. Il doit également sensibiliser les jeunes sur la migration, les opportunités qui existent au Sénégal. Il a aussi intérêt à rechercher les vecteurs les plus appropriés pour le faire.

Revenant sur les bailleurs de fonds, Patricia Desbonnes juge qu'ils doivent tirer des leçons des programmes antérieurement menés. De son côté, le directeur exécutif de l'Institut des futurs africains, Alioune Badara Sall, trouve que lutter contre la migration irrégulière en ayant comme repère le combat contre la pauvreté est inadéquat. La question de la migration dépasse la recherche de la survie, souligne-t-il. Il estime, dans ce sens, que ce ne sont pas les plus pauvres qui migrent le plus souvent.

Pis, la collaboration entre les pays africains et ceux européens dans ce domaine est plus un «partenariat anti-migration» qu'une politique migratoire, relève-t-il. Et de souhaiter que la question migratoire soit inscrite à la prochaine Conférence des chefs d'Etat et Gouvernement de l'Union africaine (Ua). Pour le directeur de Legs Africa, Elimane Haby Kane, il faut créer la richesse interne, lutter contre la sortie massive des capitaux et développer une politique nationale claire de l'emploi basée sur la ressource locale, mais aussi aider les jeunes à changer de mentalité.

En somme, les panelistes ont plaidé pour que la migration soit davantage mieux organisée. Ils ont aussi appelé à la responsabilité des dirigeants pour plus d'actions de bonnes gouvernances, afin de mieux donner aux jeunes des opportunités qui les retiennent en Afrique.

A La Une: Migrations

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.