Congo-Brazzaville: Commerce du bois - Les sociétés chinoises s'engagent pour l'exploitation durable des forêts

L'Association chinoise de distribution des bois et des produits en bois (CTWPDA) et la plateforme internationale des bois tropicaux (ATIBT) viennent de conclure un accord en vue de promouvoir les bonnes pratiques d'exploitation forestière, notamment dans le Bassin du Congo. Cet accord prévoit également le développement d'un commerce durable des bois durs.

Les deux organisations CTWPDA et ATIBT entendent mettre en place une plateforme d'échange entre les entreprises chinoises aux meilleures pratiques et les autres entreprises travaillant en Afrique. Elles ont organisé une rencontre B2B en ligne, les 17 et 18 décembre 2020, afin de mieux comprendre leurs besoins mutuels et d'encourager les meilleures pratiques au sein de l'industrie du bois, en lien avec les Objectifs de développement durable des Nations unies.

Grâce à cette réunion sino-africaine, les deux parties ont exprimé à l'unanimité leur espoir d'utiliser la plateforme pour échanger des informations en temps opportun sur la situation de la foresterie étrangère et les évolutions du marché intérieur, et ainsi permettre d'effectuer les ajustements correspondants pour le commerce ciblé. Les entreprises productrices ont pu obtenir des informations pertinentes et approfondies sur l'industrie chinoise, le plus grand marché de consommation de bois dur, et sur cette base.

Pour les entreprises chinoises, la récente rencontre constitue une innovation. Elle a permis de maximiser les possibilités de coopération future avec les entreprises africaines tout en maintenant la relation de coopération déjà existante. La plateforme internationale des bois tropicaux insiste, quant à elle, sur la nécessité de poursuivre les discussions en vue d'atteindre un plus grand nombre de sociétés membres du CTWPDA.

« Les sujets qui ont été abordés portaient sur les pratiques de gestion durable des forêts et la certification, les capacités de production, les produits à valeur ajoutée et la disponibilité des espèces de bois dites moins connues. L'ATIBT et ses membres apprécient également d'en savoir plus sur la nouvelle loi forestière chinoise en général, et l'article 65 (entrée et sortie des matières premières et des produits) en particulier », souligne le communiqué conjoint de la rencontre.

À noter que plusieurs entreprises chinoises et africaines sont membres des deux entités. L'on peut citer Pallisco CIFM, Rougier, Precious Woods, CIB OLAM et Interholco, China Forestry Materials Company Limited (Zhangjiagang), Wenzhou Timber Group Company Limited, Jingjiang Guolin Forestry Company Limited, Shanghai Guohao Wood Industry Company Limited et Zhangjiagang Hongxi International Trade Company.

Ces sociétés forestières possèdent une superficie totale de plus de 6,34 millions d'hectares de terres forestières certifiées, notamment en République du Congo, en République démocratique du Congo, au Cameroun, au Gabon et leurs principaux produits sont les grumes, le bois d'œuvre, le contreplaqué et les panneaux. Les entreprises chinoises représentaient seules un chiffre d'affaires total combiné de plus de 985 milliards francs CFA en 2019.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.