Rwanda: Le pays, nouvelle terre d'asile pour les migrants et réfugiés africains

Kigali — Le Rwanda, pays de 12 millions d'habitants situé au centre de la région des Grands lacs d'Afrique, s'est transformé au cours des dernières années en une terre d'asile pour les migrants et réfugiés africains grâce à une politique d'accueil jugée "très ouverte".

En Novembre 2017, le président rwandais Paul Kagame avait proposé d'accueillir des Africains bloqués en Libye, dans la foulée de reportages montrant un mauvais traitement infligé aux migrants d'Afrique subsaharienne. Le chef de l'Etat s'est engagé à en accueillir 30.000, ce qui est un nombre conséquent pour un pays de la taille du Rwanda.

Depuis cette date, l'Etat a mis en œuvre des moyens considérables pour favoriser l'intégration des migrants et réfugiés tout en mettant en place un plan stratégique visant notamment à améliorer leurs conditions de vie ainsi que celles de leurs communautés d'accueil.

Après un accord passé, il y a un peu plus d'un an, avec l'Union Africaine et le Haut-Commissariat aux Réfugiés de l'ONU (HCR), Kigali a accueilli cinq convois de migrants bloqués en Libye, dont le dernier est arrivé il y a deux semaines, soit plus de 500 personnes. La majorité de ces évacués, originaires notamment d'Erythrée, du Soudan et de Somalie, tentaient de rejoindre l'Europe avant de se retrouver coincés en Libye.

Au-delà des migrants évacués de Libye, le pays des mille collines abrite, depuis quelque années, plus de 140.000 réfugiés burundais et congolais hébergés dans six camps au Rwanda, et près de 8.000 demandeurs d'asile africain, selon les chiffres du HCR.

Logement décent, aides sociales, vêtements chauds, cours de langue sont offerts aux migrants et réfugiés pour faciliter leur intégration dans la société ou leur transfert vers un autre pays s'ils le souhaitent.

En vertu de l'accord signé entre Kigali, le HCR et l'Union africaine, ils ont également accès à la couverture santé, à l'éducation pour les enfants, à des formations qualifiantes pour les adultes. Ils ont aussi le droit de lancer des activités génératrices de revenu et de chercher du travail.

Selon le ministère rwandais chargé de la Gestion des urgences, "le gouvernement rwandais est engagé à assurer leur sûreté et leur sécurité en attendant de parvenir à une solution durable". En d'autres termes, le gouvernement rwandais est prêt à faciliter leur intégration permanente ou leur transit vers d'autres pays d'accueil.

Sur les 515 personnes accueillies depuis un an en provenance de Libye, près 200 ont déjà été transférées dans d'autres pays, essentiellement la Suède, la Norvège et le Canada. Les réfugiés et migrants qui se sont intégrés peuvent rester dans le pays de façon permanente.

Pour le chercheur rwandais spécialisé de l'Afrique Andre Gakwaya, la question des réfugiés occupe une place particulière pour le Rwanda vu que le pays a été marqué par une série de vagues de migration depuis plus d'un quart de siècle ainsi que par le génocide des Tutsi en 1994.

"Avant et pendant le génocide perpétré contre les Tutsi en 1994, des milliers de rwandais avaient fui leur pays pour trouver refuge chez les pays voisins, notamment l'Ouganda, le Burundi, la RD Congo et la Tanzanie", a-t-il rappelé, relevant que "les Rwandais sont bien placés pour comprendre les difficultés et les besoins de cette catégorie vulnérable et leur redonner espoir".

M. Gakwaya, par ailleurs DG de l'Agence rwandaise d'information (ARI), a souligné que les autorités rwandaises ont mis en place une "stratégie ambitieuse" pour protéger les réfugiés et demandeurs d'asile, accompagner leur intégration et régulariser leur situation juridique.

Par ailleurs, il a fait observer que l'Observatoire africain des migrations, inauguré le mois dernier à Rabat, devrait aider le Rwanda et l'Afrique à gérer plus efficacement la question de la migration grâce notamment à des données spécifiques à même de contribuer à prendre les décisions, à instaurer des stratégies migratoires et à donner une vision claire sur la migration africaine.

L'Observatoire africain des migrations, qui a vu le jour grâce à l'initiative de SM le Roi Mohammed VI, Leader de l'Union Africaine sur les questions migratoires, vise à appréhender la migration en Afrique de manière calme et rationnelle, notamment en termes de son volume, ses causes et son aspect relatif au développement.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.