Congo-Kinshasa: L'Etat Islamique revendique une attaque contre l'armée

13 Janvier 2021

Les militaires étaient en patrouille au moment de l'attaque et selon le porte-parole militaire, celle-ci a causé deux morts parmi les assaillants et trois blessés parmi les militaires.

L'attaque a été lancée contre l'armée congolaise hier mardi (13 Janvier) en territoire de Beni. L'Etat islamique parle pour sa part de 15 soldats congolais tués dont un officier.

L'embuscade a été tendue contre l'armée congolaise un peu avant midi hier, alors que les militaires congolais étaient en patrouille.

Quelques heures après, l'Etat islamique a revendiqué l'attaque dans un communiqué écrit en arabe, dans lequel l'organisation terroriste parle de 15 soldats congolais tués dont un officier ainsi que des armes et explosifs saisis.

L'armée congolaise a confirmé l'attaque mais le porte-parole militaire dans la région avance un bilan de deux assaillants tués et trois blessés du côté des militaires.

" S'il est vrai que l'Etat Islamique a revendiqué cette attaque, pour nous ce n'est pas une surprise parce que l'Etat Islamique revendique toujours les attaques. Parfois c'est vrai et quelques fois c'est faux. Il est envisageable qu'un jour l'Etat Islamique revendique une attaque dont il n'est pas responsable. Du côté de l'armée, il y a trois blessés et du côté des assaillants on a neutralisé deux de leurs éléments et récupéré une arme AK-47", a fait savoir Anthony Mualuchayi, le porte-parole de l'opération militaire Sokola 1.

La société civile appelle à l'aide

La société civile de Beni n'est pas non plus surprise par la revendication par l'Etat islamique. Elle demande aussi aux services de sécurité et aux forces onusiennes de prendre au sérieux cette question car la population souhaite vivre en paix.

" Ce n'est pas la première fois que nous suivons les revendications de certaines attaques depuis que les massacres ont commencé. Pour la société civile, Etat islamistes ou pas, celui qui commet des crimes doit être neutralisé et être déféré devant les juridictions compétentes pour qu'il réponde de ses actes. Le Congo ne doit pas être une base arrière des islamistes. C'est pourquoi il faut que les pays amis de la RDC se mobilisent pour neutraliser ces groupes rebelles, a demandé Kizito Bin Hangi, de la société civile de Beni.

La première attaque revendiquée par les islamistes sur le sol congolais date du jeudi 18 avril 2019. Elle a été revendiquée via l'Amaq, son agence de propagande.

La récente attaque s'est déroulée à l'ouest de la localité de Mwenda, dans le secteur de Ruwenzori, proche de Loselose.

Localité où l'armée a annoncé dernièrement avoir découvert une cinquantaine de corps dans une fosse commune, après une occupation de ce village pendant quelques jours par les rebelles ADF.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.