Centrafrique: Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne les dernières violences sur Bangui

Réaction à New-York après la première attaque rebelle aux abords de Bangui, en Centrafrique, qui a fait un mort parmi les casques bleus. C'est une condamnation unanime de l'ONU qui s'est fait entendre à la fois du secrétaire général Antonio Guterres, et de l'ensemble du Conseil de sécurité.

Dans une déclaration, le secrétaire général et les membres du Conseil de sécurité ont critiqué ceux qui violent l'accord de paix, ainsi que la violence exercée par les groupes armés pour saper le processus électoral. Ils ont demandé aux rebelles d'honorer leurs engagements en cessant les hostilités. Ils ont aussi regretté le décès du casque bleu rwandais dans cette attaque à l'aube, où forces de l'armée centrafricaine, de la Minusca et paramilitaires russes se sont battus pour bloquer l'incursion des rebelles.

Des diplomates new-yorkais se disent clairvoyants, et pensent que l'ancien président François Bozizé est derrière ces offensives pour empêcher la réélection du président sortant Touadéra. Le Conseil a noté sa victoire annoncée, et dit attendre la proclamation du résultat par la Cour constitutionnelle centrafricaine.

Par ailleurs, les forces de la Minusca ont renforcé les protections autour des accès de la capitale, alors que le couvre-feu a été avancé de deux heures. Le Conseil de sécurité se réunira à nouveau sur le sujet la semaine prochaine, à la demande de la Centrafrique, pour réclamer une levée de l'embargo sur les armes.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.