Angola: Endiama perd deux millions de carats de diamants

Luanda — La Société de diamants d'Angola Endiama a enregistré une perte de deux millions de carats de diamants en 2020, en raison du Covid-19 qui sévit dans le monde depuis décembre 2019.

Une telle perte représente une valeur de 400 millions de dollars, en général, de ce qui n'a pas été possible de produire, alors qu'il était prévu de facturer 1,4 milliard de dollars. Cependant, la société n'a produit qu'un milliard de dollars.

Selon le président du conseil d'administration de la société, José Manuel Ganga Júnior, grâce à l'industrie qui travaille de plus en plus pour relancer la production depuis 2020, des pertes plus importantes n'ont pas été enregistrées.

José Ganga Júnior a souligné, lors du programme Grande Interview de la Télévision publique d'Angola (TPA), que la stratégie impliquait de ne pas arrêter la production, mais seulement de réduire le personnel, compte tenu des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.

Situation réelle de la production de minerai

En 2020, le secteur envisageait de produire 10 millions de carats de diamants, mais seulement 7,5 millions de carats ont été produits.

Le secteur est structuré pour produire, en moyenne, un milliard de diamants par an, bien qu'il soit toujours considéré comme vierge, peu exploré. La plupart des investissements dans le secteur, selon le patron d'Endiama, sont d'origine étrangère.

Ainsi, a-t-il renchéri, l'Angola pourrait devenir le troisième plus grand producteur de diamants au monde, à en juger par la dynamique existante, ainsi que par le potentiel dans des provinces telles que Malanje et Uige, et dans plusieurs autres.

Une telle perte représente une valeur de 400 millions de dollars, en général, de ce qui n'a pas été possible de produire, alors qu'il était prévu de facturer 1,4 milliard de dollars. Cependant, la société n'a produit qu'un milliard de dollars.

Selon le président du conseil d'administration de la société, José Manuel Ganga Júnior, grâce à l'industrie qui travaille de plus en plus pour relancer la production depuis 2020, des pertes plus importantes n'ont pas été enregistrées.

José Ganga Júnior a souligné, lors du programme Grande Interview de la Télévision publique d'Angola (TPA), que la stratégie impliquait de ne pas arrêter la production, mais seulement de réduire le personnel, compte tenu des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.

Situation réelle de la production de minerai

En 2020, le secteur envisageait de produire 10 millions de carats de diamants, mais seulement 7,5 millions de carats ont été produits.

Le secteur est structuré pour produire, en moyenne, un milliard de diamants par an, bien qu'il soit toujours considéré comme vierge, peu exploré. La plupart des investissements dans le secteur, selon le patron d'Endiama, sont d'origine étrangère.

Ainsi, a-t-il renchéri, l'Angola pourrait devenir le troisième plus grand producteur de diamants au monde, à en juger par la dynamique existante, ainsi que par le potentiel dans des provinces telles que Malanje et Uige, et dans plusieurs autres.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.