Afrique de l'Est: Le sommet extraordinaire de l'Afrique australe reporté

Maputo — Un sommet extraordinaire de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) pour discuter de la violence armée à Cabo Delgado, qui était prévu pour le 17 janvier, a été reporté sans date, a déclaré mercredi une source officielle à Lusa.

Selon la même source, le report est dû au nombre croissant d'infections causées par le covid-19 dans le pays.

La décision de tenir un sommet extraordinaire avait été annoncée le 14 décembre 2020, après une réunion de consultation de haut niveau de la SADC tenue à Maputo. La réunion a été assistée, outre le chef de l'Etat mozambicain, par les présidents Cyril Ramaphosa , d'Afrique du Sud, Mokgweetsi Masisi, du Botswana, et Emmerson Mnangagwa, du Zimbabwe, ainsi que la vice-présidente de la Tanzanie, Samia Sulihu.

La violence armée à Cabo Delgado, où se développe le plus grand investissement multinational privé d'Afrique pour l'exploitation du gaz naturel, a commencé il y a trois ans et provoque une crise humanitaire avec plus de deux mille morts et 560 mille déplacés, installés surtout dans la capitale provinciale, Pemba.

Certaines des attaques ont été revendiquées par le groupe " djihadiste " État islamique depuis 2019.

Selon la même source, le report est dû au nombre croissant d'infections causées par le covid-19 dans le pays.

La décision de tenir un sommet extraordinaire avait été annoncée le 14 décembre 2020, après une réunion de consultation de haut niveau de la SADC tenue à Maputo. La réunion a été assistée, outre le chef de l'Etat mozambicain, par les présidents Cyril Ramaphosa , d'Afrique du Sud, Mokgweetsi Masisi, du Botswana, et Emmerson Mnangagwa, du Zimbabwe, ainsi que la vice-présidente de la Tanzanie, Samia Sulihu.

La violence armée à Cabo Delgado, où se développe le plus grand investissement multinational privé d'Afrique pour l'exploitation du gaz naturel, a commencé il y a trois ans et provoque une crise humanitaire avec plus de deux mille morts et 560 mille déplacés, installés surtout dans la capitale provinciale, Pemba.

Certaines des attaques ont été revendiquées par le groupe " djihadiste " État islamique depuis 2019.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.