Afrique de l'Ouest: La Côte d'Ivoire endeuillée après la mort de quatre de ses casques bleus au Mali

Au Mali, le bilan s'est alourdi. La Minusma annonce qu'un quatrième casque bleu ivoirien a succombé à ses blessures après l'explosion d'une mine qui a soufflé leur véhicule hier mercredi. Ces 4 militaires tués sont les premiers casques bleu ivoiriens tombés en opération au Mali.

Engagée au Mali depuis le début de l'opération de maintien de la paix en 2013, jamais l'armée ivoirienne n'avait eu à subir d'aussi lourdes pertes. D'environ 200 hommes à l'origine, le contingent ivoirien a été porté à 600 en 2019 et tourne autour de 650 aujourd'hui, déployés autour de Mopti et Tombouctou.

L'engagement au Mali ne fait pas débat en Côte d'Ivoire. Pas même au Parlement où la question militaire n'est quasiment jamais débattue. La Côte d'Ivoire envisage même d'accroître encore la présence de ses casques bleus au sein de la Minusma.

« Cet engagement de la Côte d'Ivoire au Mali est une orientation d'Alassane Ouattara dès son arrivée », explique le chercheur Arthur Banga spécialiste de l'armée ivoirienne. « C'était en 2013 une façon de montrer la normalisation de la situation en Côte d'Ivoire et surtout de montrer que la Côte d'Ivoire était un acteur important en Afrique de l'Ouest. C'était aussi une façon de participer à la lutte contre le terrorisme sans attendre qu'il atteigne les frontières ivoiriennes », ajoute encore Arthur Banga.

L'attaque de ce mercredi qui a coûté la vie aux casques bleus ivoiriens, sur l'axe Tombouctou - Douentza a aussi fait six blessés. L'un d'entre eux a donc succombé à ses blessures lors de leur évacuation vers Dakar.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.