Congo-Kinshasa: Belgique - Jean-Jacques Mbungani invite Bahati Lukwebo à consulter aussi la diaspora congolaise

La Diaspora congolaise n'est pas restée indifférente sur la désignation du Sénateur Modeste Bahati Lukwebo en qualité d'Informateur. En Belgique, le choix du Président de la République, Félix Tshisekedi, a été salué et soutenu à 100% dans la communauté congolaise de Bruxelles et tant d'autres villes du Royaume.

Au cours d'un entretien téléphonique accordé au grand quotidien kinois "La Prospérité", le Consul honoraire de la République Démocratique du Congo en Belgique s'est montré très réceptif quant au choix opéré par le Chef de l'Etat.

Pour Jean-Jacques Mbungani, le Président de la République a porté son choix sur une personnalité de grande facture politique et surtout non conflictuelle. «Dans le contexte du moment, celui de la mise en œuvre d'un gouvernement d'Union sacrée, le choix de l'informateur a été accueilli très favorable par toute la classe politique congolaise dans sa large majorité », a-t-il déclaré.

A en croire le Consul Honoraire de la RDC en Belgique, il s'agit d'un choix judicieux en désignant Bahati Lukwebo comme informateur dont la mission consiste à identifier la nouvelle coalition majoritaire à l'Assemblée nationale en vue de la nomination d'un premier Ministre. Et d'ajouter : Félix Tshisekedi a nommé l'informateur conformément au prescrit de l'article 78 de la Constitution.

Dans son approche développée sur la feuille de route de l'Informateur, JJ Mbungani souligne que l'informateur est une personnalité politique expérimentée, chargée de collecter des informations auprès des différents partis politiques, leurs points de vue en rapport avec l'objectif visé par le Président et leurs souhaits pour la formation du futur gouvernement. Il analyse les coalitions possibles et les différentes formules de gouvernement qui se dégagent de ces consultations et en fait part au Président de la République.

Cette lourde tâche requiert une méthodologie particulière afin d'obtenir un réel succès dans la mise en œuvre de l'objectif visé.

«Les consultations se feront en fonction d'une stratégie propre de l'informateur qui pourra, soit considérer le poids politique (numérique) des députés de chaque groupe où d'opter pour une rencontre individuelle des élus. L'informateur devra échanger avec chaque formation politique sur sa vision par rapport l'Union sacrée et les réformes projetées par le Chef de l'Etat dans ses trois dernières allocutions», a précisé JJ Mbungani.

En sa qualité d'analyste politique avéré, il pense que sa mission ne doit pas seulement se limiter aux consultations des forces politiques représentées au parlement en vue de dégager une majorité.

Cependant, JJ Mbungani suggère que l'informateur puisse également prendre langue avec d'autres couches des sociétés, telles que la diaspora congolaise, les confessions religieuses, les opérateurs économiques et les autres leaders politiques et sociales du pays. Pour lui, l'informateur a aussi la possibilité d'identifier les forces politiques et sociales extra-parlementaires pouvant faire parties du gouvernement.

«L'informateur est appelé à récolter des informations au Parlement et en dehors afin de se faire une idée de ce qui est possible et de ce qui ne l'est pas. Manager et concilier les points des vues des acteurs politiques dans l'objectif de la formation du gouvernement format Union sacrée de la nation telle que prôné par le Président de la république», a-t-il soutenu.

Toutefois, le professeur Bahati ne doit pas surtout oublier que le rôle clé revient aux partis ayant des assises politiques. Dès lors qu'une majorité parlementaire se dégage, l'informateur peut à sa guise consulter les forces politiques et sociales hors parlement, affirme le Consul honoraire de la RDC en Belgique.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.