Burkina Faso: Ministère de la Communication - Rémi passe la main à Ousséni Tamboura

La cérémonie de passation de charge entre les ministres de la Communication et des Relations avec le Parlement et porte-parole du Gouvernement sortant (Rémi Fulgance Dandjinou) et entrant (Ousséni Tamboura) s'est déroulée le jeudi 14 janvier 2021 à Ouagadougou. Nommé le 10 janvier dernier, Monsieur Tamboura a été installé officiellement dans ses nouvelles fonctions de ministre de la Communication par le secrétaire général du gouvernement et du Conseil des ministres, Stéphane Sanou.

Après avoir passé 5 ans à la tête du département de la Communication et des Relations avec le Parlement, le ministre sortant, Rémi Fulgance Dandjinou, a passé la main au nouveau ministre entrant, Ousséni Tamboura.

A l'issue de la cérémonie, qui été sobre, le ministre sortant s'est réjouit de la franche collaboration qu'il a eue au sein de son département. Il a souligné qu'ils ont pu mettre en œuvre la TNT et engager des mutations au niveau des EPE et du SIG (Service d'information du gouvernement) qui pourront raisonnablement améliorer les conditions de travail et de vie des travailleurs. « Je pense qu'il reste des chantiers à mettre en œuvre et j'ai foi que le nouveau ministre aura le dynamisme nécessaire afin que ces chantiers puissent connaître une accélération soit l'ouverture d'autres opportunités au bénéficesde la communication et de la démocratie pour la liberté de la presse », a-t-il déclaré. Il a rappelé les dossiers pendants, à savoir la question du financement de la presse privée, ainsi que celle du statut des médias publics

Quant au ministre entrant, Ousséni Tamboura, qui n'est pas à sa première expérience de ministre (il a été ministre délégué chargé de l'Alphabétisation et de l'Education non formelle en 2009), il a salué à sa juste valeur le travail abattu par son prédécesseur parce qu'il y a un certain nombre d'avancées et de chantiers déjà ouverts et qui touchent à tous les aspects du département notamment les conditions de travail, la question des infrastructures, les questions juridiques « et je me ferai le devoir de continuer ».

Selon ses explications, il est plausible qu'il ouvre d'autres chantiers, car il a une mission et bénéficie de la confiance du Président du Faso et du chef du gouvernement sur la base d'une lettre de mission avec des objectifs à atteindre. « Je sollicite l'accompagnement de tous les acteurs et je serai dans une disposition d'écoute pour connaître les préoccupations afin d'y trouver des solutions durables. En ce qui concerne la presse privée, le nouveau ministre a reconnu que comme toute entreprise elle connaît des difficultés et il espère de l'amélioration et un meilleur regard de la part de l'Etat.

Bio express du nouveau ministre

Le nouveau ministre Ousséni Tamboura est né le 13 décembre 1968 à Ouagadougou. Marié, il est titulaire d'un Doctorat en droit privé sur le développement financier des pays de l'UEMOA et diplômé des Facultés de Droit et de Sciences politiques de l'Université de Ouagadougou, de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, du Centre africain d'études supérieures de gestion de Dakar et du Campus numérique de l'Université de Nantes.

Consultant, parlementaire et homme politique, il justifie d'une expérience professionnelle dans le domaine de l'emploi, de la formation professionnelle, de l'insertion socioprofessionnelle des jeunes, du droit et du travail mais aussi dans le domaine des politiques publiques axées sur l'éducation, la santé de la reproduction des jeunes, le VIH/Sida, le genre, la gouvernance politique et des institutions. Entre 2015-2017, il a occupé le poste de 4e vice-président de l'Assemblée nationale du Burkina Faso.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.