Congo-Brazzaville: Une organisation de la société civile s'inquiète de la mauvaise gouvernance

Le collectif de la société civile Sassoufit a publié, ce jeudi 14 janvier 2021, son rapport annuel sur la gouvernance politique en République du Congo. Alors que cette année sera marquée par une élection présidentielle, le 21 mars, pour laquelle le président Sassou Nguesso est encore candidat, Sassoufit constate une aggravation de la mauvaise gouvernance.

On a recensé un certain nombre de cas d'intimidation, parfois même à l'extérieur du pays. Par exemple, les étudiants congolais à l'étranger qui demandent leur bourse et qui sont directement inquiétés par les autorités consulaires. On a eu un deuxième palier, qui était celui de la répression.

Pour preuve, un des membres du collectif Ras-le-bol a fait près d'un an en prison pour avoir interpellé le gouvernement sur les droits et libertés fondamentales du peuple congolais. Et le troisième volet, c'est celui de la corruption. L'Agence internationale de l'environnement, pendant un an, a essayé de suivre le cheminement de l'attribution de la vente de bois au niveau local. Clairement, les autorités congolaises demandent une contrepartie financière, qui sert à graisser un peu la patte de ses hauts dignitaires.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.