Congo-Kinshasa: Allons-nous vers une nouvelle majorité ?

billet

Au stade actuel, personne ne le sait. Les laboratoires de manipulation des opinions sont en pleine production, mais il serait présomptueux de prédire ce qui ressortira des nouveaux équilibres. Il est cependant évident que le FCC est en perte de vitesse et l'Union sacrée a le vent en poupe.

Le score pourrait être de 170 députés pro-Union sacrée et 140 pro-FCC, ce qui nous laisse exactement 170 députés qui pourraient basculer dans un sens comme dans l'autre. Ce qu'il faut surtout retenir est l'émancipation des partis politiques de leurs «autorités morales».

Le Président Congolais Félix Tshisekedi ne contrôle pas plus les députés de l'assemblée nationale que le Président honoraire Joseph Kabila, Les députés ont pris l'option de choisir leur camp sur la base du «Menu des ambitions personnelles». Le peuple congolais ne fait pas partie des nouveaux enjeux. Il en subira les conséquences comme il en a la coutume.

Le sénat demeure stablement FCC malgré des essais jusque là non concluants de l'Union Sacrée. Quant au sort du Gouvernement, il sera tributaire des résultats de la guerre en cours au sein de l'Assemblée Nationale, avec un bureau transitoire.

L'issue de cette guerre va uniquement dépendre de «l'offre et de la demande» au niveau des 190 députés non alignés qui sont à la recherche d'une maximisation de leur marge de profit. Cette marge se mesure en «dollars et en titre» dans les institutions de l'Etat. Il existe cependant un aspect non pécunier et émotionnel qui ne devrait pas être négligé.

Le coût de cette opération sera plus élevé pour le FCC. En effet, parti majoritaire, il a subi de nombreux départs et n'a nullement l'intention de passer dans la zone désertique de l'opposition. Ce bloc souffre d'une histoire de 18 ans d'arrogance et du piétinement des droits les plus élémentaires des congolais.

Cependant, l'Union Sacrée accuse déjà des signaux marquants de tribalisme et de populisme exagérés qui entraîneront beaucoup de déception à court terme. Ce qui présage de sérieuses perturbations à la paix et la stabilité du pays d'ici 2023, année électorale.

Conséquemment changement de majorité ou pas, l'avenir de la RDC demeure sombre et annonciateur d'une dégradation de la situation socio-économique. Pour sortir de cette impasse, il serait sage de regarder vers d'autres issues qui pourraient être plus bénéfique au peuple congolais et à la communauté internationale.

Fait à Bruxelles, le 13 janvier 2021

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X