Ile Maurice: Propos communautaristes et lynchage - «Vishal Shibchurn a menacé d'incendier ma maison»

Sheik Monawar Ali Fardeen Okeeb, un internaute de 38 ans, s'est rendu à la Cybercrime Unit des Casernes centrales, hier, pour donner sa version des faits quant aux propos communautaristes, incendiaires et racistes qu'il aurait tenus envers une communauté particulière. Vidéo qui a été visionnée plus d'un millier de fois sur la Toile.

Parmi les noms que l'homme a cités, il y a ceux de Vishal Shibchurn et de Ramprakashsing Budlorun, connu comme Senna, qui, dit-il, seraient ses agresseurs. Accompagné de son homme de loi, Me Assad Peeroo, il a expliqué que Vishal Shibchurn, ex-pompier, l'aurait assené de coups, le blessant : «Il a même menacé d'incendier ma maison si je le dénonçais à la police.» L'internaute est allé encore plus loin enalléguant qu'il a aussi été contraint de proférer des insultes à l'encontre de ses convictions religieuses. En effet, deux autres vidéos ont suivi dans la foulée, une montrant l'habitant de Petit-Raffray en mauvaise posture dans un champ de canne, demandant pardon cette fois, face à des gens plus qu'hostiles, aux voix menaçantes, qui le somment de s'excuser. «Monn fer enn érer, mo ti dan soulézon, mo prézant mo exkiz.» Dans la deuxième vidéo, on voit l'homme, nu cette fois-ci, sauvagement tabassé. Le visage tuméfié et le corps couvert de blessures.

«Un groupe de personnes est venu chez moi. Ils m'ont emmené à bord d'une fourgonnette dans un champ de canne à Cottage, avant de me dévêtir et me torturer. Ils m'ont aussi séquestré et agressé à l'aide d'une torche électrique. Ils avaient également d'autres armes en leur possession. Je peux identifier mes agresseurs. C'est une bonne Samaritaine qui m'a découvert et qui a contacté la police», raconte l'internaute, face aux enquêteurs. Il ajoute que, par la suite, il a été transporté à l'hôpital. Sollicité, Vishal Shibchurn n'est pas revenu vers nous pour sa version des faits.

Arrestations possibles

La police a indiqué à l'express que les noms cités pourraient faire l'objet d'une accusation de breach of ICTA (NdlR : violation de l'Information and Communication Technologies Act) et agression. Ils nous ont également informés devoir vérifier si ladite agression était préméditée.

Sollicité, l'inspecteur Shiva Coothen, du Police Press Office, confie que des actions seront prises : «La version de ce plaignant doit être vérifiée. Il y a toute une procédure à respecter, parmi lesquelles, une parade d'identification où Monsieur Okeeb et ses présumés agresseurs seront convoqués. Le plaignant doit pouvoir les identifier d'abord. On prend cette affaire très au sérieux et si besoin est, des arrestations seront effectuées.»

A La Une: Ile Maurice

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.