Ile Maurice: Navin Ramgoolam - «Tout le monde reconnaît que c'est la mafia qui dirige le pays»

Le leader du Parti travailliste (PTr) n'est pas passé par quatre chemins. «Tout le monde reconnaît que c'est la mafia qui dirige le pays. Raison de plus pour répondre présent au rassemblement qu'on a annoncé.» Déclaration faite à l'issue de la réunion du bureau politique (BP) et du comité exécutif des Rouges, aux Salines, hier.

Navin Ramgoolam a fait ressortir que le BP a surtout discuté de la tenue de ce rassemblement. «C'est notre priorité des priorités. Citoyens, politiciens, les Avengers, Rezistans ek Alternativ, tout le monde doit y participer en mettant de côté leur ego. Le plus vite ce gouvernement sera parti, le mieux ce sera pour le pays», a-t-il souligné. Et d'ajouter qu'aucune date n'a été arrêtée mais que le rassemblement devrait se tenir avant la rentrée parlementaire.

Navin Ramgoolam a commenté la forte mobilisation policière ainsi que la présence de snipers lors de la comparution en cour du ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden, le 7 janvier. Il a dressé un parallèle avec la private prosecution intentée par feu sir Gaëtan Duval au ministre Jean Alex Rima, dans les années 70. «Il n'y avait pas eu de policiers», dit-il. Il a également évoqué l'interpellation de la citoyenne Keshwanee Bundhoo ou encore plus récemment la présence des gros bras qui ont insulté des journalistes. «Il y a à St-Pierre une équipe de policiers en civil, dite 'Cobra', qui fait de la provocation», a encore dénoncé Navin Ramgoolam.

Le retrait de la pétition électorale d'Anil Bachoo a également été abordé par le leader du PTr. «Ils ont eu recours à des tactiques dilatoires. Et ils ont enlevé plus de la moitié des points en vue d'invalider les résultats de ces élections (NdlR : au n°9, Flacq- Bon-Accueil). On l'a dit clairement : on n'est pas d'accord avec ce jugement mais on doit le respecter. On a le choix de se tourner vers le Privy Council. Cela va prendre du temps et ce sera coûteux... Il y a aussi l'affaire concernant notre contestation des résultats au n°19 qui va venir bientôt», a indiqué Navin Ramgoolam.

Quid des élections municipales ? «Le BP n'a pas eu le temps d'aborder ce sujet comme il se doit car il fallait discuter de l'organisation de notre rassemblement. On avait dit qu'il doit y avoir une entente entre les trois partis de l'opposition parlementaire», a laissé entendre le leader des Rouges. À une question de la presse concernant l'inclusion de Roshi Bhadain dans le cadre des élections municipales, Navin Ramgoolam devait déclarer que cela est à l'étude au sein du parti. «Certains sont d'avis qu'il faut l'inclure», a-t-il précisé.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.