Ile Maurice: Arrêtée par l'ICAC - Comment Choomka s'était auto-recrutée...

Youshreen Choomka a été arrêtée hier matin par la commission anticorruption (ICAC) parce qu'elle s'est fait recruter en 2016 comme directrice de l'Independent Broadcasting Authority (IBA) - avec un salaire de Rs 150 000 - alors qu'elle était la présidente du même organisme (avec un salaire de Rs 70 000).

Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est bien ce qui s'est passé et ce fut même, avec l'affaire Bal Kouler impliquant Raj Dayal, un des premiers «gros» scandales qui allaient rythmer le mandat de l'Alliance Lepep, bien avant les Yerrigadoogate, Euroloan, Plantinum Card, entre autres. Après avoir comparu devant le tribunal de Port-Louis hier sous une charge de conflit d'intérêts en vertu des articles 13 (2) (3) de la Prevention of Corruption Act (POCA), l'avocate Choomka a été libérée contre une caution de Rs 50 000 et une reconnaissance de dette de Rs 200 000.

En février 2016, l'IBA est à la recherche d'un directeur général (DG) et elle sollicite la firme de recrutement Alentaris pour lui «chercher» la perle rare. Youshreen Choomka dira plus tard qu'elle n'avait pas pris part aux réunions de management où les décisions concernant ce recrutement avaient été prises. Alentaris publie une annonce pour un appel à candidatures. L'annonce ne mentionne pas explicitement l'IBA. Mais elle est sans équivoque : c'est un independent regulator qui est recherché et le DG recruté devra interagir avec les compagnies publiques et privées engagées dans le broadcast.

Pourtant, Youshreen Choomka prétendra plus tard que quand elle a postulé, alors qu'elle était présidente du board de l'IBA, elle ne savait pas que l'annonce parlait de l'IBA ! «Je l'ai su uniquement au moment de l'interview», avait déclaré la principale concernée. Il y aura deux entretiens et Dev Phokeer, membre du conseil d'administration de l'IBA, est présent pour le deuxième. En somme, un membre du conseil d'administration fait passer un test à la présidente du même conseil ! Finalement, Alentaris et Phokeer choisiront Youshreen Choomka. La proposition est faite au board (toujours en l'absence de Choomka) et elle est nommée en mars 2016. Voilà comment en un mois, Youshreen Choomka avait doublé son salaire.

L'affaire avait fait grand bruit, d'autant plus qu'un journaliste de l'express qui avait postulé pour le poste dans le cadre d'une sting operation pour s'immiscer dans le processus de recrutement avait logé et obtenu une demande de Judicial Review pour contester la nomination de Youshreen Choomka. Axcel Chenney avait, finalement, laissé tomber sa Judicial Review à la demande de l'IBA puisqu'il n'y avait plus de «live issue», Youshreen Choomka ayant dû démissionner pour un autre scandale révélé par l'express, une affaire où la directrice de l'IBA avait agi comme courtière auprès d'investisseurs coréens et ghanéens. L'Equal Opportunities Commission avait aussi été saisie, et Bryan Glover, le président d'alors, avait estimé que la mise à terme de son contrat juste après l'éclatement de cette affaire était étroitement liée au sérieux qu'il accordait à l'autorecrutement de Youshreen Choomka.

L'avocate, âgée de 36 ans, est l'aînée d'une famille de six enfants, réputés pour être tous extrêmement brillants académiquement. Youshreen Choomka a prêté serment au barreau le 20 janvier 2012. Deux ans plus tard, elle rejoint le MSM. Pressentie pour être candidate au no 3 pour les élections générales de décembre 2014, on lui préfèrera Anwar Husnoo. Elle deviendra un des agents de Pravind Jugnauth au no 8 et héritera en mai 2015 de la présidence de l'IBA avant de s'y auto-recruter comme directrice.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.