Madagascar: Énergie scolaire

Une tradition remise au goût du jour. Les meilleurs élèves aux examens ont été reçus et récompensés par le président de la République à Iavoloha. Un moment privilégié, un moment d'éternité, un souvenir impérissable pour ces jeunes qui font pâlir d'envie leurs camarades d'école. Ils sont partis d'Iavoloha les mains chargées de cadeaux. Une bicyclette, un ordinateur, un Rakibolana, des livres, un compte épargne... De quoi motiver davantage ces jeunes à l'avenir.

Durant la première République, les meilleurs élèves avaient droit à un déjeuner avec le président Philibert Tsiranana au palais d'Andafiavaratra. Certains avaient bénéficié d'une bourse pour pouvoir continuer leurs études primaires, secondaires ou universitaires. On les appelait les pupilles de la Nation.

Une initiative salutaire que l'on peut bien reprendre pour aider les parents et les jeunes qui sont dans le besoin. De surcroît dans une conjoncture de plus en plus difficile. La principale cause de la déscolarisation reste la difficulté des parents à assumer les frais de scolarité de leurs progénitures. Des mesures ont été prises comme la suppression des droits d'inscription, les émoluments des maîtres Fram, la dotation en kits scolaires, la mise en place des cantines scolaires mais il y a toujours des défaillances liées à d'autres facteurs.

Même dans les écoles publiques de la capitale, l'absentéisme atteint une proportion importante. Les parents préfèrent que leurs enfants les aident à trouver de quoi mettre sous la dent que de perdre du temps sur les bancs de l'école.? Ils viennent en classe sans crayon ni cahier et passent leur temps à bailler. Certains n'ont pas mangé le matin et n'ont aucune attention au cours dispensé.

Des tristes réalités monnaie courante dans les établissements publics. La situation est pire ailleurs qu'à Tana. C'est ainsi qu'il faut tirer un grand coup de chapeau à ses élèves qui viennent de l'autre bout du monde et qui arrivent à monter les échelons un à un pour arriver au sommet.

L'éducation a également besoin d'une énergie renouvelable pour être performante et s'inscrire dans la durée. Cela ne pourrait être que l'énergie scolaire. C'est plus qu'un tosika fameno, c'est un véritable soutien indéfectible pas seulement pour les élèves mais aussi et surtout pour le personnel enseignant, parent pauvre des trois dernières républiques. Il n'y a pas de bons élèves sans enseignants de qualité.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.