Sénégal: Respect des textes de gouvernance des universités - La section SAES/Faseg de l'Ucad fixe un ultimatum au recteur

16 Janvier 2021

Face à ce qu'elle qualifie « d'abus de pouvoir de la part du Recteur », la section SAES/FASEG (Syndicat autonome de l'enseignement supérieur/Faculté des sciences économiques et de gestion) menace de suspendre toutes les activités pédagogiques de la faculté et de tenir une conférence de presse si rien n'est fait à propos de leurs revendications dans les 48 heures.

Dans un communiqué de presse qui nous est parvenu hier, vendredi 15 juin, elle exige «le retrait sans délai de 5 arrêtés de recrutements illégaux» et «le paiement de salaires qui sont dus à leurs 9 nouveaux collègues». «Suite à l'assemblée générale extraordinaire qui s'est tenue le jeudi 14 janvier 2021, la section SAES/FASEG tient à informer l'opinion de la situation de crise qui prévaut dans ladite faculté depuis deux ans.

En effet, les instances délibérantes de la faculté avaient recruté 11 enseignants et le Recteur s'est arrogé le droit de recruter aussi 5 autres enseignants à partir de son bureau. Devant veiller à l'application des textes de gouvernance, le Recteur se permet de les violer et tente de distraire la faculté avec cette forfaiture flagrante», a indiqué le communiqué.

Selon la section SAES/FASEG, «les différents départements n'ont pas donné d'attestation de prise de service aux 5 enseignants du Recteur (et non de la faculté) face à cette situation». Mieux, ajoutera-t-elle, «en tant que seul ordonnateur du budget, le Recteur a décidé, encore une fois de ne pas payer les 9 collègues qui ont fourni toutes les pièces requises par la direction des ressources humaines ; une autre violation de la législation nationale et internationale du travail».

La section SAES/FASEG informe ainsi «l'opinion et les autorités qu'elle reste intransigeante sur ces questions et tiendra le Recteur pour responsable de toutes les perturbations qui pourront d'écouler d'un blocage des salaires des nouveaux collègues et du non retrait des arrêtés illégaux».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.