Tunisie: Mechichi dévoile la liste des nouveaux membres du gouvernement proposés

Tunis — Le chef du gouvernement a annoncé samedi, au cours d'un point de presse à la Kasbah un remaniement ministériel qui a touché onze ministres (dont trois remplacements) et porté sur la suppression d'un ministère et d'un secrétariat d'Etat.

Ministre de la Justice : Youssef Zouaghi

Ministre de l'Intérieur : Walid Dhahbi

Ministre des domaines de l'Etat et des Affaires foncières : Abdellatif Missaoui

Ministre des Affaires locales et de l'Environnement Chiheb Ben Ahmed

Ministre de la Santé :Hédi Khairi

Ministre de l'Industrie et des PME : Ridha Ben Mosbah

Ministre de l'Energie et des Mines :Sofien Ben Tounes

Ministre de l'Agriculture et des Ressources hydrauliques : Oussama Khriji

Ministre de la Culture et de la mise en valeur du Patrimoine Youssef Ben Brahim

Ministre de la Formation professionnelle, de l'Emploi, de l'Economie sociale et solidaire : Youssef Fennira

Ministre de la Jeunesse et des Sports : Zakaria Belkhoja

Mechichi a mis en avant les défis auxquels le gouvernement fera face au cours de la prochaine étape ; le lancement des réformes économique et l'orientation vers la consécration de la justice sociale et le développement solidaire entre les régions.

Ce remaniement, a-t-il expliqué, a pour but d'apporter davantage d'efficience et d'harmonie au niveau de l'action gouvernemental, tout en maintenant la même logique, à savoir une équipe indépendante soutenue par une « ceinture politique et parlementaire majoritaire ». Une équipe qui interagit positivement avec toutes les composantes de la classe politique et les organisations nationales et qui travaille en harmonie avec les institutions constitutionnelles.

Il a été décidé dans le cadre de ce remaniement la suppression du poste de secrétaire d'Etat aux finances ainsi et que du ministère chargé de la relation avec les instances constitutionnelle et la société civile et le rattachement des services de ce département à la présidence du gouvernement.

Ce remaniement intervient suite à une évaluation du rendement gouvernemental et du niveau de coordination entre ses structures, a souligné Mechichi.

« Il procède d'une volonté de travailler et d'accomplir des réalisations pour le pays, dans le respect de la Constitution, un des acquis de la révolution de la liberté et de la dignité dont nous venons de célébrer l'anniversaire ». Et d'ajouter, « il est temps aujourd'hui que cette révolution nous garantisse le développement et la stabilité ».

La stabilité ne signifie pas l'absence de désaccords. Elle implique la bonne gestion de la différence entre les différentes institutions, dans le respect de l'Etat et de ses lois, a-t-il fait observer.

MINA

A La Une: Tunisie

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.