Centrafrique: L'inquiétude est toujours vive dans le PK11 après l'offensive sur Bangui

Les soldats de la paix de la MINUSCA ont renforcé leurs patrouilles et protégé la population à Bangassou, dans le Sud-Est de la République centrafricaine, suite à une violente attaque dimanche 3 janvier.

Les combats de mercredi ont particulièrement touché l'entrée nord de Bangui, le PK12 et le PK11. Beaucoup de gens du quartier ont préféré s'en aller temporairement le temps que la menace soit passée. Dans le quartier, la crainte est toujours palpable.

Ce qui marque le plus à PK11 ce matin, c'est le silence. Habituellement, dans cette concession les bruits ne manquent pas. « Vers 5h du matin, on entend les klaxons des bus, des motos, des taxis qui sont sur la grande route. Il n'y a pratiquement rien là. C'est calme. »

Dans le quartier, les rares passants parlent à voix basse. Jean accepte de nous répondre, caché derrière le mur de sa concession, des murs criblés d'impacts de balles. « Mercredi, c'était terrible ici. Dans la maison là-bas, il y a une balle qui est tombée dans la chambre des enfants. On a peur, c'était terrible. »

Le quartier porte les marques des combats qui se sont déroulées. Dans cet arbre, une roquette est encore fichée. Pas très loin, chez Rodrigue la catastrophe a aussi été évitée de peu. Dans son plafond de tôles on voit désormais le ciel et dans le mur, un énorme trou.

« C'est entré et s'est heurté au mur de l'autre côté, et c'est tombé sur le lit des enfants. On a peur pour les enfants et les femmes, on les a cachés sous le lit. Je les ai mis à l'abri, dans des quartiers éloignés où c'est calme. Moi je reste ici juste pour surveiller, parce qu'il y a des bandits. »

Samedi, quelques familles rentraient au quartier, mais d'autres encore dans la crainte de nouvelles attaques préféraient rejoindre le centre-ville.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.