Angola: Paepa pourrait créer 250 emplois directs

Luanda — Deux cent cinquante (250) emplois directs pourraient être créés, à court ou moyen terme, dans le cadre du Programme d'appui à l'écoulement des produits d'Angola, a déclaré samedi le représentant de l'entreprise, António José.

Selon l'homme d'affaires, qui s'exprimait à l'ANGOP, son entreprise a besoin d'environ 100 millions de Kwanzas pour la mise en œuvre du Paepa dans le pays.

D'après António José, ce montant sera utilisé pour l'acquisition de moyens techniques, de main-d'œuvre et de transport, pour développer ses activités dans une première phase.

Paepa est destiné aux producteurs avec de grandes difficultés à faire sortir leurs produits des zones de production vers les consommateurs, afin d'éviter le gaspillage. Selon l'homme d'affaires, le projet vise à acheter et vendre des produits nationaux de la campagne à la ville et vice-versa, ce qui contribuera dans le processus de diversification de l'économie du pays.

Il a appelé à la participation du secteur privé, des groupes d'entreprises, des institutions bancaires, des administrations municipales et communales pour l'approbation du projet.

Selon António José, le Paepa prévoit de créer prochainement une base de données, visant à recenser le nombre de paysans dans les provinces de Luanda et Huambo, afin de permettre un meilleur contrôle de ces derniers et de faciliter la circulation des produits agricoles.

Dans une première phase, le projet est mis en œuvre dans les provinces de Luanda et Huambo. Dans la deuxième phase, le Paepa sera mis en œuvre dans toutes les régions (Nord, Sud, Est et Ouest).

L'homme d'affaires a fait savoir qu'en tant que plate-forme de logistique, de transport et de chaîne d'approvisionnement, le Paepa faciliterait l'écoulement des produits agricoles nationaux des zones urbaines vers les centres commerciaux, en évitant leur détérioration.

Cependant, a-t-il renchéri, les produits manufacturés pourront être envoyés à la population rurale plus régulièrement et réduire les difficultés dans ces zones.

Selon l'homme d'affaires, qui s'exprimait à l'ANGOP, son entreprise a besoin d'environ 100 millions de Kwanzas pour la mise en œuvre du Paepa dans le pays.

D'après António José, ce montant sera utilisé pour l'acquisition de moyens techniques, de main-d'œuvre et de transport, pour développer ses activités dans une première phase.

Paepa est destiné aux producteurs avec de grandes difficultés à faire sortir leurs produits des zones de production vers les consommateurs, afin d'éviter le gaspillage. Selon l'homme d'affaires, le projet vise à acheter et vendre des produits nationaux de la campagne à la ville et vice-versa, ce qui contribuera dans le processus de diversification de l'économie du pays.

Il a appelé à la participation du secteur privé, des groupes d'entreprises, des institutions bancaires, des administrations municipales et communales pour l'approbation du projet.

Selon António José, le Paepa prévoit de créer prochainement une base de données, visant à recenser le nombre de paysans dans les provinces de Luanda et Huambo, afin de permettre un meilleur contrôle de ces derniers et de faciliter la circulation des produits agricoles.

Dans une première phase, le projet est mis en œuvre dans les provinces de Luanda et Huambo. Dans la deuxième phase, le Paepa sera mis en œuvre dans toutes les régions (Nord, Sud, Est et Ouest).

L'homme d'affaires a fait savoir qu'en tant que plate-forme de logistique, de transport et de chaîne d'approvisionnement, le Paepa faciliterait l'écoulement des produits agricoles nationaux des zones urbaines vers les centres commerciaux, en évitant leur détérioration.

Cependant, a-t-il renchéri, les produits manufacturés pourront être envoyés à la population rurale plus régulièrement et réduire les difficultés dans ces zones.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.