Madagascar: Business de l'eau - Les usagers boivent la tasse

Le prix du bidon jaune est passé de 100 à 500 ariary puis à 1000 ariary dans certains quartiers de la capitale. Les usagers sont aux abois.

Veiller jusqu'à trois heures du matin pour aller chercher de l'eau à la borne fontaine la plus proche. C'est devenu le quotidien de la majeure partie des habitants de la capitale depuis plus d'une semaine. Prétextant une intensité aggravée de la période de sécheresse, la compagnie nationale de l'eau et de l'électricité se débat tant bien que mal sur le plan de l'approvisionnement en eau sur toute la zone Antananarivo et périphérie.

« L'eau ne coule que la nuit et nous sommes obligés d'attendre que les bidons soient pleins avant d'aller dormir, sinon il n'y aura pas d'eau pour cuisiner, se doucher ou faire la lessive. Mais, il y a des moments où l'eau ne coule que deux heures de temps seulement la nuit. Imaginez les risques que nous encourons en sortant avec nos bidons pour aller à la borne fontaine qui se situe à 700 mètres de notre domicile. Sans parler des risques que le fontainier même encourent car lui aussi doit être à son poste à des heures impossibles » se résigne Eric Andrianomenjanahary, père de famille habitant la commune d'Andranonahoatra Itaosy.

Cette situation profite ainsi à certains opportunistes qui proposent des services de livraison d'eau à domicile moyennant les frais de transport des fameux bidons jaunes.

Gaspillages

« Notre consommation journalière avoisine la douzaine de bidons de 20 litres. Acheté à cent ariary en plus du transport depuis la citerne fontaine jusqu'à notre domicile qui coûte environ quatre cents ariary, le bidon revient ainsi à cinq cents ariary en temps normal. Mais avec la sécheresse, les porteurs d'eau qui sont obligés d'aller jusqu'en ville pour trouver une borne fontaine fonctionnelle, ont doublé le tarif. Ce qui nous fait un coût de douze mille ariary par jour ou plus de trois cent soixante mille ariary mensuel, si ce problème d'étiage persiste. Sans oublier le fait que la Jirama nous facture toujours un mètre cube fictif depuis quelques mois alors que notre consommation à la pompe est largement en de ça de cette facture» se désole ce père de famille aux abois.

Les zones périphériques, à l'instar de l'Atsimondrano, subissent ainsi ces délestages d'eau depuis plus d'une décennie, malgré la présence de stations d'alimentation comme celle d'Ankadivoribe ou encore de Vontovorona, lesquelles n'assurent que 3 % de l'approvisionnement sur le grand Tanà, dans la mesure où plus de 93 % de cet approvisionnement est encore assuré essentiellement par la station de Mandroseza. Elle profite aux 72 % des abonnés habitant en centre-ville, laissant, ainsi, pour compte les abonnés situés dans les zones dites « en fin de réseau ».

Par ailleurs, les défaillances du réseau de distribution provoquent une perte de 40 % journalière. De ce fait, seulement 110 000 m3 sur les 250 000 m3 produits chaque jour sont rentables pour la compagnie nationale. « Le réseau de distribution est saturé depuis bien longtemps. On ne mentionnera plus les gaspillages consommations excessives dans certains quartiers comme les campus universitaires publics, les quartiers résidentiels, ou encore les quartiers industriels qui handicapent les petits consommateurs » soutient un technicien de la compagnie.

Cette dernière qui, en guise de solution d'urgence installera une centaine de citernes fixes dans des quartiers de la capitale, et certaines communes périphériques.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.