Madagascar: Atsimo-Andrefana - Les «pédophiles» étrangers se font rares

Aucun signalement depuis le coup de filet mené à la plage de Mangily dans la semaine du 7 novembre 2020.

Seize présumés pédophiles ont été dénoncés par des victimes après qu'un passeur de nationalité malgache et trois individus étrangers aient été appréhendés lors de cette descente avec la police. Trois de ces présumés pédophiles ont déjà été entendus par le tribunal le 18 novembre dernier pour une première comparution. Les treize autres étrangers dénoncés par les fillettes abusées après ce ratissage restent pour l'heure introuvables bien que des actions de recherche aient été menées selon la Police des mœurs et protection des mineurs. « Toujours est-il que nos filatures dans la ville de Toliara et à Mangily, au mois de décembre, constatent un « Rien à signaler et aucune plainte pour violences sexuelles commises par des étrangers» , livre une source auprès de la plateforme régionale pour la protection des enfants à Toliara.

Le cas de Patrick Coustaury, condamné à cinq ans de prison puis ayant obtenu une liberté provisoire pour détournement de mineures et attentat à la pudeur ne s'est pas encore soldé. Le sexagénaire étranger fait l'objet d'un mandat d'arrêt depuis le 2 décembre 2020. Le couple pédophile malgache ayant abusé sexuellement deux sœurs d'une fratrie venant d'Ankililoaka a également disparu même après un traçage au téléphone. Soixante cas de violations sexuelles ont été portés au niveau du Centre Vonjy de Toliara depuis le mois de mars 2020. .

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.