Soudan: 48 morts au Darfour sur fond de dégradation sécuritaire dans la région

Une fillette de sept ans donne de l'eau à son grand-père pendant qu'il prie dans un camp pour personnes déplacées au Darfour, au Soudan.

Au Soudan, plusieurs jours de violences ont fait au moins 48 morts et une centaine de blessés au Darfour, dans l'ouest du pays. Les affrontements ont eu lieu dans la région d'El Geneina, dans l'ouest de la province. Un camp de déplacés a été attaqué et les violences se sont propagées ailleurs dans la zone, tout cela dans un contexte de dégradation sécuritaire dans la région.

Ce serait le meurtre d'un homme qui aurait mis le feu aux poudres. Vendredi, un membre de la tribu arabe Rizeigat aurait été poignardé à mort, dans un marché du camp de déplacés de Krinding. Un suspect a été arrêté mais l'entourage de la victime a décidé de se venger.

Le camp a été attaqué et des dizaines de maisons brûlées. Puis, le conflit s'est étendu avec des affrontements entre milices de tribus arabes et non arabes.

Le gouverneur du Darfour Ouest a mis en place un couvre-feu, samedi 16 janvier, avec fermeture des marchés et interdiction de tout rassemblement dans la région. Mohammed Abdalla al-Douma a appelé au calme et demandé aux anciens d'engager des médiations mais dans le même temps, les forces de sécurité ont reçu le mandat d'utiliser la force pour contrôler la situation et arrêter les auteurs des violences.

Le Syndicat local des médecins a justement demandé aux autorités soudanaises de sécuriser les Centres de Santé et d'organiser des convois sécurisés pour aller secourir les blessés sur le terrain.

L'organisation se plaint également du manque de moyens et a demandé aux collègues des autres régions de venir prêter main forte aux hôpitaux locaux.

Le Premier ministre, lui, a organisé une réunion d'urgence. Une délégation menée par le procureur général doit se rendre sur place mais pour la puissante Association des Professionnels, toutes ces mesures sont insuffisantes. Pour elle, il faut absolument renforcer les forces locales et surtout contrôler le trafic d'armes.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.