Centrafrique: L'Église catholique appelle au dialogue

Les soldats de la paix de la MINUSCA ont renforcé leurs patrouilles et protégé la population à Bangassou, dans le Sud-Est de la République centrafricaine, suite à une violente attaque dimanche 3 janvier.
18 Janvier 2021

Les évêques de République centrafricaine, réunis en conclaves, déplorent l'insécurité et invitent les belligérants à se parler pour ramener la paix.

C'est après un conclave de plusieurs jours que les évêques ont délivré le dimanche [17.01] un ce message intitulé : "Lève-toi et marche". Une marche comme un dialogue disent-ils face aux violences qui minent le pays, au moment même où les rebelles de la CPC demandent au gouvernement de démissionner.

"Nous appelons à un dialogue sincère et franc, fraternel et constructif pour trouver une paix juste et durable en repoussant la haine, la violence et l'esprit de vengeance. Arrêtons de nous nuire collectivement, arrêtons de créer de division qui sont contraire à l'esprit de notre devise, arrêtons de faire bénéficier les richesses de notre pays à une minorité selon son appartenance politique ou ses affinités tribales. Arrêtons de nous autodétruire. Notre pays a trop souffert de complot extérieur avec des complicités locales", a déclaré l'Abbé Cédric Rodrigue Kongbo Gbassinga, le secrétaire général des évêques de Centrafrique.

Faire cesser les violences

Les évêques faisaient référence aux attaques rebelles depuis la mi-décembre, et surtout celle dont a été victime la capitale Bangui, mercredi 13 janvier.

La reprise des hostilités, depuis la fin de l'année dernière a fait fuir près de 60.000 Centrafricains, selon l'ONU. La Russie a, quant à elle, informé en fin de semaine qu'elle allait retirer 300 "instructeurs militaires" envoyés fin 2020 dans le pays.

C'est pourquoi, dans ce contexte, les évêques appellent les autorités à revoir leur diplomatie pour faire cesser les violences.

"Il est plus que jamais temps de faire usage du génie centrafricain par un travail honnête, organisé et courageux pour que ces richesses profitent aux fils et filles de notre pays ainsi qu'au développement de toute la nation. Nous sommes conscients que la lutte pour la sauvegarde de notre souveraineté continue. En effet, la République Centrafricaine a le droit souverain de choisir librement ses partenaires et de réviser voire mettre fin à des accords conclus avec certains Etats lorsque sa souveraineté est menacée".

Le message a été bien appréhendé par Augustin Yangana Yahoté, le ministre de l'Administration du territoire qui a représenté le président Faustin Archange Touadéra.

Bangassou libérée

Deux semaines après en avoir pris le contrôle, les rebelles centrafricains qui mènent depuis décembre une offensive contre le régime du président Faustin Archange Touadéra ont quitté la ville de Bangassou, situé à 750 km à l'est de la capitale Bangui (dans le sud-est du pays). Le retrait est intervenu après l'expiration de l'ultimatum de la Minusca, a précisé, son porte-parole, Vladimir Monteiro.

Selon lui, la force de l'ONU "reste en alerte pour prévenir toute action des groupes armés visant la population civile, l'autorité de l'Etat et les Casques bleus ou le retour des rebelles dans la ville".

Pillage des biens du peuple

Pour sa part, le lieutenant-colonel Abdoulaziz Fall, porte-parole de la composante militaire de la Minusca a déploré "des incidents impliquant des tentatives de pillages qui ont eu lieu dans la soirée et le matin de vendredi et samedi, et la force est intervenue pour y mettre fin.

"Le pillage de la ville de Bangassou par les rebelles (...) avant leur retrait à l'arrivée des renforts constitués des éléments du contingent rwandais de la Minusca est révélateur d'un des objectifs de ces mercenaires étrangers : piller nos richesses et les biens de notre peuple", a écrit sur sa page Facebook le Premier ministre centrafricain, Firmin Ngrebada.

Rappelons que le 17 décembre, six groupes armés se réunis au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), puis ont annoncé le 19, huit jours avant les élections présidentielle et législatives, une offensive pour empêcher la réélection du président sortant, Faustin Archange Touadéra.

Leur marche sur Bangui a été empêchée par l'armée centrafricaine, la Minusca, déployée depuis 2014 et forte de près de 12.000 soldats et des centaines de militaires rwandais et de paramilitaires russes dépêchés par leurs pays, au début de l'offensive rebelle.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.