Soudan: Violences au Darfour - Le chef de l'ONU appelle le pays à protéger les civils

Une fillette de sept ans donne de l'eau à son grand-père pendant qu'il prie dans un camp pour personnes déplacées au Darfour, au Soudan.
18 Janvier 2021

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s'est déclaré profondément préoccupé par les affrontements qui ont eu lieu cette fin de semaine dans l'Etat soudanais du Darfour occidental.

L'escalade de la violence intercommunautaire au Darfour occidental, dans l'ouest du Soudan, a fait de nombreux morts et blessés. Selon des informations rapportées par la presse, près de 50 personnes ont été tuées et près de 100 autres ont été blessées. Les affrontements ont également causé le déplacement de près de 50 000 personnes et la destruction de biens.

Par la voix de son porte-parole, M. Guterres a exprimé ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées et souhaité un prompt rétablissement aux personnes blessées dans ces violences.

« Le Secrétaire général appelle les autorités soudanaises à déployer tous les efforts possibles pour désamorcer la situation et mettre fin aux combats », a déclaré son porte-parole, dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi.

Le chef de l'ONU a également appelé Khartoum à rétablir l'ordre public et assurer la protection des civils au Darfour, conformément au Plan national de protection des civils du gouvernement.

Le 31 décembre dernier, les Nations Unies et l'Union africaine (UA) ont mis fin à leur opération de paix conjointe au Darfour (MINUAD) après 13 ans de présence dans cette région de l'ouest du Soudan. La Mission intégrée d'assistance à la transition au Soudan (UNITAMS) a pris le relais de la MINUAD. Mission politique, l'UNITAMS a pour objectif d'aider le gouvernement soudanais « dans la résolution de ses multiples problèmes liés aux défis sécuritaires, politiques et économiques ».

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.