Afrique: Trois questions au Directeur de la Maison de la Culture de Béni Mellal sur la reprise de la vie culturelle après Covid-19

interview

Béni Mellal — Dans cette interview accordée à la MAP, le Directeur de la Maison de la Culture de Béni Mellal, Tarik Ribh, aborde les défis actuels et à venir de la culture et de l'art dans le contexte de la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau Coronavirus. M. Ribh revient également dans cet entretien sur la contribution de la Maison de la Culture de Béni Mellal au développement du paysage culturel dans la région de Béni Mellal-Khénifra.

1- En ces temps de pandémie, quel regard portez-vous sur la vie culturelle dans la région de Béni Mellal-Khénifra et sur les activités de la Maison de la Culture dans ce contexte ?

La Maison de la Culture de Béni Mellal a pu relever le défi et n'a jamais cessé ses activités malgré la pandémie ni au tout début de la crise sanitaire et encore moins durant la période du confinement, partant de sa conviction que l'art et la culture sont des domaines indispensables dans la vie de l'homme moderne.

La lecture du message de la Journée mondiale du théâtre dans la salle de spectacle de la Maison de la Culture de Béni Mellal était la première activité cultuelle à se tenir dans une structure d'accueil officielle au niveau national durant la période du confinement.

Nous avons adopté lors de cette période un plan de travail bien défini, privilégiant la programmation hebdomadaire au lieu de la grille mensuelle pour pouvoir s'accommoder et s'adapter plus facilement à l'évolution de la situation sanitaire au niveau national.

En pleine pandémie, nous avons proposé une programmation artistique et culturelle riche et variée sur notre page officielle sur Facebook qui compte une communauté de 21.000 personnes, ce que nous considérons comme étant une source de fierté pour nous et pour les différents acteurs du secteur.

Au menu de cette programmation éclectique, figuraient plusieurs spectacles virtuels ainsi que des débats avec d'éminentes personnalités du monde de l'art et de la culture et avec des responsables de la ville de Béni Mellal en charge de la chose culturelle.

Certaines activités ont mis en relief des initiatives entreprises par des jeunes dans le domaine culturel en lien avec la situation sanitaire. La grille comportait aussi des expositions, des concours culturels, des lectures de poésies ainsi que des publications digitales qui mettent en avant les différentes potentialités culturelles de la ville de Béni Mellal.

Et avec l'allégement des mesures préventives, nous avons travaillé sur des programmes de formation en mode présentiel et distanciel, encadrés par de grandes compétences nationales. Je pense notamment au programme "Le Studio Théâtre", un laboratoire de formation au théâtre qui a une fibre prononcée pour les droits de l'Homme.

Je salue à cette occasion les associations de la société civile pour leur sens élevé de responsabilité et pour leurs efforts aux côtés de la Maison de la Culture de Béni Mellal en vue de l'organisation de ces différentes activités. Comme nous, elles croient en l'importance de l'art et de la culture à un moment où la question de la hiérarchisation des priorités a été propulsée encore une fois au devant de la scène.

En raison des mesures préventives mises en place dans le contexte de la pandémie du Covid-19 et pour se conformer aux consignes des autorités locales, la Maison de la Culture de Béni Mellal s'est mise au virtuel, et aspire à un allégement bientôt afin qu'elle puisse renouer avec le public et accueillir de nouveau de grandes manifestations culturelles.

2- Culture et pandémie font-elles bon ménage?

Évidemment. La production artistique et culturelle est très importante pour l'homme en toutes circonstances. Elle l'est encore plus dans les moments difficiles et exceptionnels car pour des raisons diverses la société a tendance à se tourner vers ses artistes et intellectuels en temps de crises. La preuve, plusieurs pays ont augmenté les budgets consacrés au domaine culturel malgré la récession et le repli de leurs économies.

D'ailleurs, la communauté des artistes était présente en force plus que toutes autres franges de la société lors de cette crise pour sensibiliser les citoyens à l'importance du respect des mesures préventives mises en place dans le sillage de la pandémie et de l'état d'urgence sanitaire décrété dans le pays.

La Maison de la Culture de Béni Mellal s'est également inscrite dans cet élan et a pu relever le défi. Elle n'a jamais cessé ses activités malgré la pandémie ni au tout début de la crise sanitaire ni durant la période du confinement, partant de sa conviction que l'art et la culture sont des domaines indispensables dans la vie de l'homme moderne.

Pour pouvoir assurer la continuité de ses activités, la Maison de la Culture de Béni Mellal a été parmi les premières structures culturelles à mettre en place un plan de travail alternatif qui s'appuie sur une vision responsable et des objectifs réalistes et ambitieux, lequel a été déployé sous la supervision de la Direction régionale de la Culture et en coordination avec les autorités locales. Notre approche, qui privilégie le virtuel et l'adaptation rapide à l'évolution de la situation sanitaire, a permis à plusieurs manifestations culturelles de voir le jour.

Je suis confiant en notre capacité à dépasser cette conjoncture exceptionnelle qui, en dépit des difficultés qu'elle a engendrées, comporte plusieurs zones de lumière, en ce sens que la communication est devenue plus aisée, la réalisation des projets plus rapide et le rayonnement encore plus important.

Je peux vous assurer que la création artistique au Maroc a de meilleurs jours devant elle. Tout laisse entrevoir un développement important de celle-ci aussi bien en quantité qu'en qualité, car au fil de l'Histoire, le domaine intellectuel, de l'art et de la culture s'est forgé dans la douleur, et s'est constamment renforcé en période de crises. Je ne pense pas que l'époque que nous visons actuellement sera l'exception qui confirme la règle.

La culture et l'art jouent depuis toujours des rôles importants. D'abord en ce qui concerne l'apaisement de l'âme humaine de toutes les souffrances, notamment celles induites par la pandémie du nouveau Coronavirus, ainsi qu'en matière de sensibilisation à la nécessité de se conformer aux mesures préventives qui visent avant tout à préserver la vie humaine.

Le défi aujourd'hui consiste à assurer le retour à une vie artistique et culturelle riche, foisonnante et bien meilleure qu'à celle qui prévalait avant l'éclatement de la pandémie du nouveau Coronavirus. Pour ce faire, il est nécessaire de capitaliser sur les acquis de l'étape actuelle et bien préparer l'avenir. Il est impératif d'éviter tout ce qui est de nature à entraver le développement de l'activité culturelle et artistique, et ce, avant de tourner la page de la pandémie, pour que l'on puisse enfin transcender cette situation qui ne reflète en rien la richesse de notre civilisation séculaire.

A La Une: Afrique

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.