Tunisie: Les autorités annoncent plus de 600 arrestation après une troisième nuit d'émeutes

En Tunisie, des groupes de jeunes ont de nouveau bravé le couvre-feu, ce dimanche. Pour la quatrième nuit de suite, des affrontements ont éclaté avec les forces de l'ordre, dans plusieurs régions du pays. Les autorités tunisiennes annoncent ce lundi matin des centaines d'arrestations.

Plus de 600 personnes ont été arrêtées, selon le ministère tunisien de l'Intérieur après cette quatrième nuit de tensions. Un porte-parole évoque des groupes de jeunes, de 15 à 25 ans, qui ont brulé des pneus et des poubelles. À noter qu'en raison de la pandémie de coronavirus, les écoles sont fermées cette semaine et la scolarité est d'ailleurs fortement perturbée depuis la rentrée.

Des pierres contre les forces de sécurité

Dans le quartier d'Ettadhamen, en périphérie de Tunis, des jeunes jetaient hier soir des pierres contre les forces de sécurité qui ripostaient par des tirs de gaz lacrymogènes. Des pillages ont également été signalés dans certaines zones, car ces affrontements ne se limitent pas à la capitale. La police a été déployée en nombre dans des dizaines de localités du pays et des renforts de l'armée ont été envoyés dans quatre régions : Bizerte, Sousse, Kasserine et Siliane. Il s'agit de protéger les sites publics, selon les autorités.

Zones marginalisées

Ces troubles, qui interviennent au lendemain du 10e anniversaire de la chute du président Ben Ali, se déroulent dans des zones marginalisées, frappées par une crise économique aggravée par la situation sanitaire. Ni la présidence tunisienne ni le gouvernement n'ont pour l'instant réagi officiellement.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.