Cote d'Ivoire: Ralentissement de la commercialisation du cacao - Les 4 principales organisations de la filière rassurent les producteurs

18 Janvier 2021

Pas de panique. Le gouvernement s'active à régler la situation. C'est le message fort qu'ont lancé aux producteurs de cacao les quatre principales organisations de la filière samedi dernier lors d'une conférence de presse à la Chambre de l'Agriculture au Plateau.

Cet appel à la sérénité fait suite au ralentissement enregistré dans la commercialisation des fèves de cacao. « Aujourd'hui le blocage dans la commercialisation du cacao n'est pas lié au DRD (différentiel de revenu décent, ndlr). C'est une crise mondiale liée à la pandémie de Covid-19 qui fait que la consommation mondiale du chocolat a baissé. L'activité économique de manière générale a baissé », a expliqué Penatirgué Soro, Pca de l'Association nationale des coopératives agricoles de Côte d'Ivoire (ANACACI) au nom du collectif des quatre organisations dont la FOPCC, l' APROPAM et la FNFPCC. « Nous demandons aux producteurs de ne pas s'affoler encore moins s'inquiéter.

C'est vrai nous avons la production sous la main, mais le gouvernement a plus intérêt que le cacao soit vendu et exporté que nousmêmes. (... ) Le Conseil Café Cacao et le gouvernement sont à pied d'œuvre pour que les producteurs ne sentent pas trop l'impact de la maladie », a-t-il rassuré. Sur cette lancée, Penatirgué Soro a annoncé une tournée d'information et de sensibilisation auprès des producteurs.

Ce sera également une occasion, a-t-il relevé, de faire l'état des lieux. « Il s'agit de faire le point des stocks en transit chez les coopératives. Si d'aventure le prix baisse pendant la petite campagne et que les coopératives entrent dans la petite saison avec le stock de la grande saison acheté à 1000 francs le kilogramme, il y aura un manque à gagner. C'est ce manque à gagner que nous allons évaluer avec les coopératives de sorte qu'on puisse négocier avec le gouvernement pour ne pas que le désagrément soit plus important comme on l'a vécu en 2017 », a-t-il fait savoir.

Concernant le respect des prix, il a indiqué à l'endroit des acheteurs et exportateurs de ne pas profiter de cette situation de blocage des stocks pour payer à moindre prix le cacao aux producteurs. « Le prix de 1000 francs pour la grande saison part d'octobre jusqu'à fin mars », a-t-il conclu. Penatirgué Soro avait à ses côtés Kambou Sié (ANACACI), Mme N'goran née Brou Oussou (FNFPCC) et Obé Doua (APROPAM).

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.