Madagascar: Ratiboiser

Si ce n'est pas l'enfer ça y ressemble. Il fait terriblement chaud à Antananarivo. Une chaleur exceptionnelle qu'on n'a jamais vécue. À 16 heures le mercure frôle encore les 32 degrés.

La nuit culmine à 21 degrés. Une canicule qui coïncide avec le problème d'approvisionnement en eau quasi général dans tout le pays. Il est ainsi très difficile de se rafraîchir et de se désaltérer à défaut de pouvoir prendre une douche. L'eau est rationnée de telle sorte que les plantes et les voitures doivent prendre leur mal en patience. Heureusement que les piscines ne sont pas privées d'eau.

On se demande d'ailleurs pourquoi alors que la plupart des foyers ne s'en servent plus. Ce qui est surprenant étant donné qu'il faut plusieurs dizaines de mètres cubes d'eau pour remplir une piscine de taille moyenne. Comme les piscines se sont plus ou moins démocratisées ces derniers temps, elles sont prises d'assaut. Le seul hic c'est que la natation pourrait favoriser la propagation du coronavirus. Comme quoi, on est harcelé de partout. La pandémie, l'inflation, l'insécurité, la canicule, le kere, le délestage, le manque d'eau, les ordures...

Pour le moment on ne déplore aucune victime de cette vague de chaleur sans précédent. Néanmoins si cela continue, la capacité de résilience de certaines catégories de personnes risque d'être remise en question. Les bébés et les personnes âgées sont les plus vulnérables. Heureusement que le cyclone viendra mettre fin à cette dictature de la chaleur et apportera beaucoup de fraîcheur. Eh oui, alors que l'année dernière à la même époque, le pays était en proie à une grave inondation après le passage d'un cyclone, cette fois on prie jour et nuit, même dans le sommeil pour qu'un cyclone nous frappe après avoir recouru aux pluies artificielles qui n'ont donné qu'une petite ondée.

On le sait, cette perturbation climatique est due à la déforestation, à la dégradation de l'environnement. Aujourd'hui débute la campagne de reboisement. L'État relève le défi de planter six millions d'arbres. Un noble challenge qu'il faut concrétiser. Cela fait quarante ans qu'on reboise à tout va tous les tanety. Pour le moment il ne pousse pas grand chose faute de suivi et de surveillance des périmètres reboisés. Mais on prend toujours les mêmes et on recommence sans se soucier des résultats. Les uns reboisent et les autres ratiboisent.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.