Madagascar: Île Radama - Six massacreurs de tortues géantes arrêtés

Crime contre l'environnement sur l'île Antanifaly à Analalava. Six individus ont été arrêtés avant-hier pour massacre de tortues de mer. Sanctuaire d'espèces marines menacées à l'instar des tortues en question, cette réserve naturelle qui se développe autour de l'îl e Antanifaly, également connue sous l'appellation île Radama, est protégée.

Majestueuses, les tortues géantes frappées par ces actes horribles pèsent près d'une quinzaine de kilos à l'âge adulte, et leur envergure dépasse le demi m². Après la saison des amours, elles entrent actuellement dans la période des pontes, et enterrent leurs œufs sur la plage de l'île Radama, sous la fraîcheur des mangroves et de la végétation du littoral. À marée basse, elles sont légions à venir s'échouer sur le rivage pour pondre et enterrer leurs œufs, pour aussitôt rejoindre l'océan. Exposées et épuisées, elles se laissent facilement capturer à ce moment.

Pour mettre fin à ce braconnage rocambolesque, Madagascar National Park (MNP) a mené une opération en travaillant de concert avec la brigade territoriale de la gendarmerie nationale de Maromandia, se trouvant sur la grande terre.

Brochettes

Dimanche, la vedette rapide de l'équipe d'intervention a accosté sur les côtes de l'île Radama au bout de trois heures de traversée. Fort des renseignements qui leur ont mis la puce à l'oreille, les éléments d'intervention ont très vite appréhendé les six individus incriminés, qui ne sont autres que des habitants mêmes de l'île. Soumis aux questions, les suspects ont reconnu leur méfait. Il n'ont trouvé aucune échappatoire lorsque des carapaces vides ainsi que des entrailles ont été retrouvées sur les lieux.

«Les premières informations recueillies révèlent que ces animaux ont été tués pour la consommation. Autre fait sidérant, il arrive qu'ils soient capturées par ces jeunes, pour griller, fumer leur chair ou encore en faire des brochettes, pour accompagner l'alcool artisanal qu'ils boivent », se désole le commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Maromandia.

Les derniers actes remontent à une dizaine de jours. Par ailleurs, les captures illicites de cette espèce de tortue perdurent depuis des années. Le coup d'arrêt mis par les autorités vise à assurer la survie de l'espèce en la protégeant des braconniers, d'autant plus qu'elle est actuellement en période de reproduction.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.