Maroc: Des organisations des droits de l'Homme exigent la libération immédiate de l'activiste Djawad Amghar

Rabat — Les deux sections de l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH) à Al Hoceïma et Imzouren ont exigé la libération immédiate de l'activiste du Mouvement de protestation et membre du Comité du Hirak populaire à Tamassinte, Jawad Amghar, ainsi que des détenus du "Hirak du Rif" et de l'ensemble des détenus politiques et détenus d'opinion au Royaume avec levée des poursuites à l'encontre des activistes.

Dans un communiqué conjoint rapporté, lundi, par des médias, les deux sections de l'AMDH ont indiqué que "l'acte d'accusations confirme le lien direct entre son arrestation et son activité au sein du Mouvement de protestation à Tamassinte, revendiquant depuis des années des droits socio-économiques et la fin de la marginalisation de cette localité.

Il confirme également que son interpellation à cause de "l'expression de ses opinions, particulièrement sur les réseau sociaux", ajoute le communiqué.

Dénonçant avec force la poursuite des arrestations politiques et le ciblage des activistes des mouvements de protestation, les deux sections de l'AMDH estiment que "c'est là, un facteur accentuant la tension dans la région".

A ce propos, l'AMDH prône, au même titre que le mouvement pour les droits de l'Homme et la démocratie dans la province, "la fin des tensions à travers une rupture avec l'approche sécuritaire dans le traitement des mouvements de protestation et la focalisation des efforts sur la prise en charge sérieuse des causes pour la satisfaction de leurs revendications justes et légitimes", ajoute le document.

Dans le même cadre,l'AMDH appelle à la concrétisation des promesses et engagements faits au Comité du Hirak populaire de Tamassinte lors de séances de dialogue, l'ouverture d'une enquête sur les dysfonctionnements et les violations ayant entaché l'opération de réalisation de certains projets publics, et la solution du problème d'assainissement dans cette province.

Affirmant sa solidarité avec le détenu politique Djawad Amghar, dont elle a assuré suivre le procès, l'AMDH a appelé "toutes les organisations de défense des droits de l'homme et de la démocratie dans la région à la conjugaison des efforts face aux graves régressions en matière des droits et des libertés.

Arrêté le 13 janvier en cours et présenté devant le tribunal d'Al Hoceïma qui l'a placé en détention provisoire, L'activiste du Mouvement de protestation et membre du Comité du Hirak populaire à Tamassinte, Jawad Amghar, devra comparaître le 21 janvier.

Plusieurs sources médiatiques ont fait état de harcèlement à l'encontre de ses deux frères, Mohamed et Karim Amghar, retenus au niveau d'un point de contrôle sécuritaire durant plus de quatre heures et interdits d'accès à Al Hoceïma.

Une manifestation avait été organisée suite à son arrestation par la population de la ville pour exiger sa libération et dénoncer la situation socio économique "précaire" de Tamassinte.

Le Comité du Hirak populaire à Tamassinte a précisé dans un communiqué que Djawad Amghar "a été arrêté pour son militantisme et sa défense des revendications légitimes qui concernent l'intérêt général de la ville".

Son interpellation avait suscité une large indignation des militants du Rif. Les participants à des manifestations, auxquelles avait appelé le Comité du mouvement populaire ont revendiqué "sa libération et le règlement du dossier de Mouvement du Rif, à travers la satisfaction de ses revendications socioéconomiques légitimes et justes, en préservation de la dignité du citoyen".

Scandant que l'arrestation de Djawad Amghar "est inacceptable", les manifestations ont menacé d'une grève générale ouverte jusqu'à sa libération. Ils ont également exigé "la libération de tous les détenus politiques au Maroc, en particulier Nacer Zefzafi et ses compagnons de la prison de Tanger 2".

Selon l'Association des Familles de prisonniers du Hirak du Rif, le nombre de militants en détention s'élève à 23, dont Zefzafi qui a été condamné à 20 ans de prison.

A La Une: Maroc

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.