Algérie: Projet de révision de la loi électorale - Un nouveau mode contre "la corruption et la fraude"

Alger — Le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi a affirmé mercredi que le projet de la loi organique relative aux élections serait cristallisé dans un nouveau mode qui bannirait "la corruption et la fraude".

Invité au forum du quotidien "El Hiwar", M. Charfi a précisé que le nouveau projet de loi, en phase de finalisation, permettrait l'émergence "d'un nouveau mode électoral qui rendrait l'argent sale +Chakara+ inutile et infructueux aussi bien pour le donneur que pour le receveur", et ce sera encore plus "évident" le jour où le projet en question sera rendu public.

Il s'agit, précise M. Charfi, du Conseil d'Etat, de la Cour des comptes et de la Cour suprême. Le comité indépendant s'emploiera, selon M. Charfi à "établir l'audit et mettre en évidence, des mois durant, le financement de tout le processus de la campagne électorale".

Plus explicite, il a fait savoir que "le remboursement des fonds de la campagne électorale passera par la Cour constitutionnelle", créée en vertu du dernier amendement de la loi fondamentale du pays.

En réponse à une question sur le rôle de la société civile dans les élections, le président de l'ANIE a confié que la société civile "serait un partenaire dans le système électoral et non un réservoir de candidature".

Quant à l'éventuel recours au vote électronique lors des prochaines élections législatives et locales, M. Charfi s'est dit "réservé" sur ce mécanisme qui risque, selon lui, de compromettre la régularité des élections, d'autant que l'utilisation de l'outil informatique n'est pas à la portée de tous, surtout des personnes âgées, a-t-il expliqué.

Pour ce qui est de la revendication d'un certain nombre de partis concernant la suppression de la condition requise des 4% des suffrages obtenus par les partis politiques lors des dernières élections (législatives ou locales), M. Charfi a assuré que "cette préoccupation sera prise en compte".

A propos du phénomène du désintérêt pour les élections, le responsable a estimé qu'il s'agissait d'une "problématique mondiale", insistant sur l'importance d'"éveiller la conscience démocratique du citoyen" et de l'encourager à participer aux divers rendez-vous électoraux.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.