Centrafrique: Bangassou sous contrôle onusien

Les éléments de la Coalition des patriotes pour le changement ont décampé le week-end dernier de cette localité située à l'Est de Bangui après une offensive des Casques bleus.

La Mission multidimensionnelle et intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) a repris le contrôle de Bangassou, samedi dernier après avoir chassé les troupes de la Coalition des patriotes pour le changement (Cpc). Créée le 17 décembre 2020, cette alliance constituée de six mouvements armés avait pris le contrôle de cette ville située à 750 km à l'Est de Bangui deux semaines auparavant. La force de l'Onu « reste en alerte pour prévenir toute action des groupes armés visant la population civile, l'autorité de l'État et les Casques bleus ou le retour des rebelles dans la ville », a souligné Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca. « La situation est calme et sous contrôle, et les positions initialement occupées par les éléments armés ne le sont plus », a tenu à rassurer le lieutenant-colonel Abdoulaziz Fall, porte-parole de la composante militaire de la force onusienne.

De son côté, le gouvernement centrafricain a surtout fustigé les scènes de pillages perpétrées par les assaillants avant de décamper. « Le pillage de la ville de Bangassou par les rebelles (... ) avant leur retrait à l'arrivée des renforts constitués des éléments du contingent rwandais de la Minusca est révélateur d'un des objectifs de ces mercenaires étrangers : piller nos richesses et les biens de notre peuple », a dénoncé Firmin Ngrebada, Premier ministre centrafricain. Les Casques bleus et les troupes centrafricaines multiplient les patrouilles à l'effet de démanteler certains hommes armés qui rôderaient encore dans les parages. La base des forces armées centrafricaines (Faca) et la brigade de gendarmerie sont également sous contrôle de la force onusienne. Depuis l'arrivée des éléments de la Cpc dans cette localité, les populations ont dû fuir pour se cacher dans la forêt lorsqu'elles ne traversaient pas la frontière pour se réfugier en République démocratique du Congo (Rdc) voisine. « C'est une grande joie. Après treize jours à dormir à la belle étoile, les gens vont pouvoir rentrer chez eux », s'est réjoui Juan Jose Aguirre, évêque de Bangassou.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.