Congo-Brazzaville: Les immortelles chansons d'Afrique - « Muvaro » de Lengi Lenga

Auteur compositeur, chanteur et danseur, Lengi Lenga, alias ya Lengos a secoué l'écosystème musical africain avec sa sublime chanson « Muvaro ».

La première version de cette chanson est une production de l'I.A.D (Industrie africaine du disque) de Brazzaville, en République du Congo, en 1983. Paru en format 33 tours, ce disque porte la référence de IAD/007. Grâce au succès de ce morceau, la notoriété de Zaiko Langa Langa s'était déployée de plus belle, cette année-là. L'orchestre a par la suite enchainé des concerts en Afrique, en Europe et en Asie, au point de drainer des foules immenses.

Trois ans après sa sortie « Muvaro » demeurait toujours au top des hit-parades. En octobre 1986, l'orchestre donna un concert au Japon et ce titre envoûta le public, notamment dans sa partie plus accélérée appelée « sébène ». La danse « Zekete-Zekete » agita la foule et lui insuffla une sensation de délire. L'ambiance fut à son comble. Il faut dire que Zaiko propagea la culture congolaise sur le plan international par le biais de cette dance. Elle s'exécutait en pointant les deux index vers le sol, le dos devait être courbé et les genoux pliés se reposaient sur les pointes des pieds. Les mouvements des reins étaient effectués sous l'impulsion de l'animateur avec le cri : « Zeka luketo » qui signifie « tournes les reins ». Après ce concert, Zaiko enregistrera l'album « Nippon Banzai » dans lequel figure le remix de « Muvaro ».

Dans cette chanson, ya Lengos rapporte les plaintes d'une femme délaissée par son mari, nommé Muvaro. « Babandaka bolingo basuka na libota, to bandaka bolingo tosuki na songi songi ya bato. Zala nanu na makanisi bana oyo tobota nani akobokola. Muva yo moto mabe otikeli ngai moko bana ya ngai leki Mimi abokoloko ». « Ceux qui ont commencé l'amour ont fini par fonder une famille, nous avons commencé l'amour nous avons fini par écouter la médisance des gens. Réfléchis un peu sur le sort des enfants que nous avons eus qui les prendra en charge. Muva tu es méchant, tu m'as abandonnée avec les enfants et c'est même ma cadette Mimi qui les nourrit ». Elle finira même par supplier son mari : «Muva na leli bolingo nayo oyoka ngai ata mawa Muva, na kobelela mokili mobimba bayoka ngai, na kobelela epayi ya Mimi ayoka ngai, nakomi zoba ya bolingo na yo Muva fungola ya yo motema ». « Muva je pleure ton amour aies piété, je crie pour que le monde entier m'entende, je crie pour que Mimi m'entende, je suis devenue stupide parce que je t'aime, ouvre ton cœur ».

La guitare jouée par Beniko Popolipo dans ce tube altère entre rumba et zebola, avant de finir par le sébène. Notons que le triomphe de cette œuvre fut l'une des causes du schisme de Zaiko Langa Langa. Son auteur a brillé dans la galaxie musicale du Congo et de l'Afrique. Lengi Lenga, de son vrai nom, Claude Nsumbu Makola, naquit le 16 août 1954 à Léopoldville. Il figurait parmi les têtes d'affiche de l'orchestre Zaiko Langa qu'il intégra en 1975. Le 8 mai 1988, il est cofondateur de Zaiko Familia Dei. Il est décédé le 25 mai 1998, à l'âge de 44 ans.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.