Afrique: Kamala Harris, fille d'immigrés et première vice-présidente de l'histoire des USA

Président Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris

Washington — Avant d'être la première femme vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris a d'abord été la première femme noire à être élue procureure de district en Californie, la première procureure générale de Californie et la première sénatrice d'origine indienne.

Née le 20 octobre 1964 à Oakland, en Californie, cette fille d'immigrés incarne à merveille le rêve américain. Sa mère, Shyamala Gopalan, est une immigrante d'Inde qui travaillait comme chercheuse spécialiste du cancer du sein, tandis que son père Donald Harris, est un économiste originaire de Jamaïque.

Ses parents ont divorcé lorsqu'elle avait sept ans, et Kamala et sa soeur Maya ont été élevées par leur mère à Berkeley.

Dès son enfance, Harris s'est retrouvée au cœur du mouvement civique, puisqu'elle fut l'une des premières bénéficiaires d'un programme antiségrégationniste qui consistait à inscrire et transporter des élèves noires issus de quartiers relativement pauvres vers des écoles de quartiers blancs.

Enfant, elle fréquentait à la fois l'église baptiste noire et un temple hindou, épousant ses origines sud asiatiques et son identité noire.

Sa mère l'a appelée Kamala en référence au mot "lotus" en sanskrit. C'est aussi l'une des appellations de la déité hindoue Lakshmi, synonyme de pouvoir.

"Ma mère comprenait très bien qu'elle élevait deux filles noires (... ) et elle était déterminée à s'assurer que nous soyons des femmes noires sûre d'elles et fières", a écrit Harris dans son autobiographie "The Truths We Hold: An American Journey".

Après que sa mère eut obtenu un rôle de professeur à l'université McGill, Harris a poursuivi ses études secondaires à Montréal. Par la suite, elle a rejoint la prestigieuse université noire de Washington D.C., Howard University, où elle a obtenu un Bachelor en Sciences politique et économique en 1986. Par la suite, elle s'est inscrite dans des études de droit à l'Université de Californie.

En 1990, elle a fait ses débuts comme procureure au compté d'Alameda, en Californie, où elle s'est spécialisée dans les crimes à caractère sexuel. En 2003, elle s'est lancée dans l'élection du procureur du district de San Francisco contre son ancien patron, Terence Hamilton. Elle remporta cette élection au second tour avec 56,5% des votes, devenant au passage la première femme noire à occuper ce poste en Californie.

Parmi ses réalisations en tant que procureure de district, Harris a lancé un programme qui donne aux délinquants toxicomanes la chance d'obtenir un diplôme d'études secondaires et de trouver un emploi.

Ses deux mandats consécutifs comme procureure de district la pousseront à briguer le poste stratégique de procurer générale de Californie. Au terme d'une élection très serrée, Harris devint une nouvelle fois la première femme et la première afro-américaine à occuper cette haute fonction en Californie.

Au cours de son mandat de procureure générale, elle a réussi notamment à conclure un accord de 25 milliards de dollars en faveur des propriétaires de logements frappés par la crise des subprimes. On lui doit aussi la création de la plate-forme Open Justice, un portail en ligne qui rend les données de la justice pénale disponible au public, renforcent la transparence au sein des forces de l'ordre.

En 2014, elle a épousé un avocat d'affaires de Los Angeles, Doug Emhoff.

En 2015, elle a annoncé son intention de se lancer dans la course pour briguer un siège au Sénat américain. Le 19 juillet, elle a reçu le soutien de Barack Obama et de Joe Biden, ce qui lui a permis de remporter facilement son duel face à Loretta Sanchez, l'autre démocrate en lice.

Une fois à Washington, elle s'est rapidement distinguée par ses interrogatoires musclés lors des audiences au Sénat, notamment face au procureur général de l'époque Jeff Sessions, sur l'enquête russe, ou encore lors de l'audience de confirmation du candidat à la Cour suprême Brett Kavanaugh.

Le 21 janvier 2019, elle a annoncé sa candidature pour la primaire du parti démocrate. Malgré des performances solides lors des premiers débats, qui lui ont permis d'opérer un bond dans les sondages, ses chances de victoires se sont vites envolées. Certains électeurs progressistes lui ont reproché notamment sa réputation de "dure" contre le crime, ou encore ses positions ambivalentes sur la couverture santé universelle.

Plombée par les difficultés financières, Harris a fini par jeter l'éponge le 3 décembre, deux mois avant les premiers scrutins de l'Iowa.

En mars 2020, Harris a annoncé son soutien à la candidate de Joe Biden après ses victoires décisives face à Bernie Sanders lors du Super Tuesday.

Le nom de Harris circulait déjà à l'époque comme potentielle colistière de Biden, mais le meurtre de George Floyd et le mouvement de manifestations contre le racisme et la brutalité policière qui ont suivi ont convaincu Biden de choisir une femme de couleur, en l'occurrence Harris.

Désormais, la première femme vice-présidente des Etats-Unis est considérée comme l'avenir du parti démocrate, et la favorite pour la Maison Blanche au cas où Biden ne se présente pas pour un second mandat en 2024.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.