Madagascar: L'ONU demande 76 millions de dollars pour aider plus d'un million de personnes dans le Grand Sud

19 Janvier 2021

Le gouvernement de Madagascar et ses partenaires humanitaires ont lancé mardi un appel d'urgence d'un montant de 76 millions de dollars pour appuyer les interventions dans la province du Grand Sud.

« L'équipe des Nations unies à Madagascar a lancé un appel éclair demandant 76 millions de dollars pour aider d'urgence plus d'un million de personnes qui font face à des besoins humanitaires énormes et potentiellement mortels en matière d'alimentation, de nutrition, d'eau et d'assainissement et d'assistance sanitaire », a déclaré lors d'un point de presse à Genève, Jens Laerke, le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Selon l'ONU, une personne sur trois dans le sud du pays est aujourd'hui en situation « de grave insécurité alimentaire ». Les stratégies de survie en période de sécheresse consistent normalement à faire en sorte que les membres de la famille cherchent un emploi temporaire dans les grandes villes. Mais cela s'est avéré impossible en raison des mesures de restrictions liées à la pandémie de coronavirus.

« Les déplacements entre les régions ont été interdits pendant des mois durant le confinement », a ajouté M. Laerke.

Une analyse de la sécurité alimentaire menée le mois dernier a montré que plus de 135.000 enfants de moins de 5 ans devraient souffrir de malnutrition aiguë dans les mois à venir dans cette région. Sur le terrain, la situation reste toujours préoccupante. De plus, la saison agricole a été ruinée par la pire sécheresse de ces dix dernières années dans le Grand Sud de Madagascar.

Trois sécheresses consécutives et l'impact de la Covid-19

Selon les organismes humanitaires, il s'agit de la troisième sécheresse consécutive.

« Avec la pandémie de Covid-19 et les blocages associés qui affectent également une grande partie du pays, ces crises aggravées ont poussé les gens au bord de la survie », a fait remarquer le porte-parole du OCHA.

Le 12 janvier dernier, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies avait indiqué que le sud de Madagascar était au bord d'une « crise humanitaire », avec plus de 1,35 million de personnes ayant besoin urgemment d'aide alimentaire.

« Pour survivre, les familles mangent des fruits de tamarin mélangés à de l'argile », avait expliqué dans un communiqué, le Représentant du PAM à Madagascar Moumini Ouédraogo.

Selon le PAM, la prévalence de la malnutrition aiguë globale (MAG) chez les enfants de moins de 5 ans dans les trois régions les plus touchées (Androy, Anôsy et Atsimo Andrefana) s'élève à plus de 10%. Il s'agit du deuxième taux le plus élevé dans la région de l'Afrique de l'Est et australe.

A noter que ce nouvel appel de fonds complète le plan national de réponse de Madagascar. Il se concentre uniquement sur la période de soudure et les besoins les plus urgents des communautés du Grand Sud.

En lançant un appel aux donateurs, l'ONU entend améliorer la sécurité alimentaire de plus d'un million de personnes. Un tel financement permettrait aussi d'apporter un soutien nutritionnel à 300.000 enfants de moins de 5 ans.

Il s'agit aussi de permettre l'accès à l'eau à plus de 400.000 personnes parmi les plus vulnérables et d'assurer des services de soins de santé essentiels à 230.000 personnes.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.