Congo-Kinshasa: Danger !

Nul ne doute qu'après 60 ans d'existence comme Etat souverain et indépendant, la République démocratique du Congo, pays de Lumumba-Mzee, se trouve dans les tourments. Pire, elle connait une situation explosive, si jamais l'on ne prenait des précautions, l'avenir de nos enfants et nos petits enfants sera plus qu'incertain.

Tenez ! Alors que la population espérait à un changement total avec l'avènement de "l'Union sacrée" initiée par le Président Félix Tshisekedi, afin de gouverner le pays autrement, avec des gens de bonne moralité ayant l'amour de la patrie, ce qui s'annonce comme le premier "couac" au sein de l'union sacrée semble étioler davantage la lueur d'espoir que la plupart de congolais avaient placé sur ce "conglomérat" au nom, bien sûr, de la bonne marche du pays. Aujourd'hui, l'incertitude plane. Le retrait de Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi laisse un gout maussade. Qu'est-ce qui n'a pas marché lors des négociations ? Les langues se délient, chacun arrive avec sa version des faits. C'est ici que les romains s'empoignèrent.

Député national d'Ensemble pour le changement, Muhindo Nzangi a déclaré sans langue de bois, que le cahier des charges des Députés pro Katumbi n'a reçu aucune réponse de la part du Chef de l'Etat. Plus loin, il a laissé entendre que les adhésions massives d'anciens caciques du Front Commun pour le Congo, les disciples de Joseph Kabila, n'ont pas été digérés. A cette allure, la blanchisserie union sacrée va tout droit vers une mutation certaine d'une majorité "FCC-CACH nouvelle formule" qui ne ressemble à rien au changement tant voulu par les populations. Du côté de l'Udps, les combattants clouent au pilori Katumbi et Bemba qui, pourtant, hier, étaient encensés. D'après les Tshisekedistes, les deux politiciens se sont montrés "trop gourmands" lorsqu'il fallait aborder les questions de partage des responsabilités au sein du prochain Gouvernement et Assemblée nationale. Entre l'union et la désunion des uns des autres, à côté, le petit peuple croupit dans la désillusion.

En effet, le social des congolais se passe de tout commentaire. Encore qu'il est difficile pour lui de nouer les deux bouts du mois, le gouvernement Ilunga Ilunkamba qui craint la motion de censure, joue au spectateur ne sachant pas quel levier actionner de façon à redresser la situation socio-économique des congolais pour lui procurer un peu de sourire. A tout dire, l'année 2021 débute très mal, sur les bases de l'an 2020. Les guéguerres politiques ne favorisent pas du tout le redressement du pays. Que doit-on espérer du pouvoir de Félix Tshisekedi ? Le peuple d'abord soufre, sous le regard impuissant des autorités.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.