Congo-Kinshasa: Saint James Hall - Koffi Olomide refuse l'accès aux journalistes pour non-respect de dress-code

C'est une scène étrange que la presse professionnelle a vécu le dimanche 17 janvier 2020, devant la salle Saint James Hall, en plein quartier Matonge, à Kinshasa, "Mboka élengi". Nous disons bien presse professionnelle. Donc à ne pas confondre avec les moutons noirs qui envahissent le métier de la presse sans scrupule.

Il était 16 h lorsque l'artiste musicien Koffi Olomidé s'est pointé dans son bâtiment de l'avenue Oshwe A/65 à Matonge pour une cérémoniale d'échange de vœux avec les professionnels des médias. Etre habillé tout en blanc est le dressing-code imposé aux invités pour donner un ton lyrique à cette rencontre qui n'est pas souvent dans les habitudes des leaders de la musique congolaise. Néanmoins, l'histoire retiendra que le patron du groupe Quartier Latin est le premier à y penser et à prendre une telle initiative pour partager un verre ensemble et échanger avec la presse de son pays, en ce début de l'année. L'idéal était de commencer l'année en beauté avec de nouvelles perspectives pour défendre comme toujours le Congo culturel. Parmi les sujets, renseigne-t-on, l'annonce de la nouvelle date du prochain spectacle de Koffi Olomidé à Paris la Défense Arenaen France. Pour raison de crise sanitaire due à Covid-19, ce concert qui devrait avoir lieu le 13 février, est reporté au 27 novembre 2021.

Qu'à cela ne tienne, certains journalistes se sont vus refuser l'accès dans la salle par les agents de sécurité de l'orchestre placés à la porte. Curieusement : la raison est qu'ils n'ont pas de blanc vêtu. Pour ces agents, ils ont sapé le mot d'ordre du Boss ya Mboka Koffi qui, pourtant, a été catégorique dans ses instructions.

Communément appelé "Maîtres", ces sportifs ont montré leurs biceps contre les toutes personnes qui n'ont pas pu arborer la couleur choisie pour participer à ce rendez-vous. C'est-à-dire, pas d'accès aux invités qui se sont présentés avec une tenue vestimentaire autre que celle exigée.

Or, dans la logique de chose, Mopao Mokonzi ne pouvait en aucun cas obliger les journalistes de porter les mêmes couleurs que ses fanatiques ou ses musiciens. Surtout que la presse s'est déplacée purement pour des raisons professionnelles et non pour une quelconque distraction. Ainsi, la manifestation a été caractérisée par cette confusion totale qui a failli causer une tension entre les professionnels des médias et les agents de sécurité de l'artiste. Toutefois, les grands esprits de la presse n'ont pas pu supporter cet acte qualifié d'excès de zèle. Ils fustigent cette attitude démesurée de Koffi Olomidé avec son organisation. Car, l'Habit ne fait pas le moine, dit-on. Cette imposition a été jugée inadmissible par des journalistes responsables qui ont préféré claquer la porte pour préserver leur honneur et celle de la profession.

En dépit de cette dérive qualifiée d'inversion des valeurs, l'artiste est appelé à recadrer les choses prochainement. Surtout s'il tient à avoir réellement une bonne relation avec le 4ème pouvoir pour l'accompagner dans la suite de sa carrière musicale.

Rappelons que cette cérémonie d'échange de vœux a été agrémentée par la chanteuse Cindy-le-cœur et le Quartier Latin qui ont présenté un récital spectaculaire sur scène.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.