Congo-Kinshasa: Union sacrée - Ensemble et le Mlc invitent Félix Tshisekedi à la vigilance !

ENSEMBLE pour la République et le MLC ont déjà présenté leurs propositions qui, jusqu'ici, n'ont pas encore reçu de suite. Il appartient donc au CACH de clarifier sa position. Ainsi, refusent-ils catégoriquement de cautionner, de quelque manière que ce soit, la continuité de la coalition FCC-CACH qui tient à contrôler le Gouvernement et l'Assemblée nationale.

Pour eux, les mêmes causes produisant les mêmes effets, l'échec ainsi prévisible de l'Union Sacrée incombera-t-il aux auteurs de cette nouvelle stratégie du noyautage, de l'invasion ou de l'infiltration savamment montée pour plomber la vision de Félix Tshisekedi et entortiller les voies qu'il a, pourtant, tracées, dans ses discours du 23 octobre 2020 et du 6 et 14 janvier 2021 pour le redécollage de la RD. Congo à l'aune d'une nouvelle ère de gouvernance totalement déconnectée de la prédation qui, autrefois, n'enrichissait que les dirigeants au détriment du peuple congolais.

Au niveau d'Ensemble, en effet, Moïse Katumbi a soutenu l'idée d'une Union sacrée et contribué à la recherche d'un large consensus national autour des principes qui favorisent la pacification totale du pays, la relance de l'économie, l'amélioration du social des populations et la consolidation de l'Etat de droit et de la démocratie.

Voilà pourquoi, dans le souci de la rupture avec le système qui a plongé la population congolaise dans la misère totale, il avait répondu à l'invitation du Président de la République, lors des consultations nationales.

Moïse Katumbi les avait ainsi crédibilisées et, en même temps, il a contribué à la fin de la coalition FCC-CACH.

Aujourd'hui, pour orienter la vision sur les objectifs prioritaires que l'Union Sacrée devra se fixer pour le reste du mandat, ENSEMBLE pour la République et le MLC ont produit un cahier de charges qui constitue, à juste titre, un document de base pour la construction du large consensus tant recherché.

Tout le monde constate que, parallèlement, les caciques du FCC sont dans une stratégie de noyautage visant à se reconstituer en force majoritaire au sein de l'Union Sacrée et à récupérer la gestion des institutions.

Curieusement, en lieu et place de faire une sélection en faveur du changement souhaité par le Peuple, cette stratégie a trouvé un écho favorable auprès des dirigeants de CACH avec l'objectif de marginaliser le MLC et ENSEMBLE pour la République, deux groupes déterminés, pourtant, à mettre fin au blocage actuel du pays.

Cela ressemble, plutôt, à une révolution de palais. L'UDPS ne croyait, peut-être pas, à telle ruée des caciques du FCC vers l'Union Sacrée, ni à toutes ces adhésions massives et même suspectes. D'ailleurs, certains n'y ont cru qu'après la chute du Bureau Mabunda et lorsque les vannes ont cédé au niveau du FCC.

Les partenaires du MLC et Ensemble qui ont aidé, sans condition, semblent aujourd'hui devenir encombrants.

Et, pourtant, ENSEMBLE pour la République, à la recherche du bonheur du Peuple congolais, a soutenu la chute du Bureau FCC à l'Assemblée nationale sans condition, le 10 décembre 2020.

Dans son allocution du 14 décembre 2020, le Président Félix Tshisekedi avait clairement et en des termes très forts, rejeté la coalition FCC-CACH, l'accusant d'entretenir des divergences sur les enjeux majeurs pour la Nation que constituent notamment les questions relatives à la paix et la sécurité, la CENI et l'organisation des élections, la gestion du Portefeuille de l'Etat, la territoriale, la diplomatie et l'indépendance de la justice.

Autrement dit, selon le Président de la République, la coalition avait échoué. Car, le FCC a joué un rôle néfaste de blocage des réformes qu'il envisageait et l'aurait empêché de résoudre les problèmes de la population pendant les deux premières années de son mandat.

Le Chef de l'Etat avait décidé d'entamer des consultations visant la refondation de l'action gouvernementale, de mettre fin à la coalition FCC-CACH et de créer une Union sacrée de la nation.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.