Ile Maurice: A Dubreuil - Rs 50 000 en fausses coupures saisies

Cinquante fausses coupures de mille roupies ont été saisies sur un habitant de Dubreuil dans la soirée de lundi.

Des limiers de la Criminal Investigation Division de Petite-Rivière et Albion menée par l'Inspecteur Rouben Thandrayen et le surintendant de Police Sam Bansoodeb ont débarqué au domicile de Roshan Mungul 24 ans. Il avait dans les poches 50 faux billets de mille roupies. Il a été place en état d'arrestation. Il est soupçonné de faire partie du réseau de faussaires qui a été démantelé le vendredi 15 janvier.

Pas moins de six plaintes de commerçants, caissiers de banque ou de «fast food» concernant des faux billets ont été enregistrées en quelques semaines à travers l'île. Sept personnes ont été placées en détention dans le cadre de cette affaire. Il s'agit des frères Nikhil (alias Bol) et Krishna Veeren âgés de 19 et 20 ans, deux mécaniciens habitant Quatre-Bornes, Ritesh Sangamaya, 28 ans, Bhavish Sooruth, 31 ans, et Dhinish Bundhoo 18 ans, tous habitants de Palma, Quatre-Bornes ainsi que Yovish Bapamah un boulanger de 22 ans habitant La Source, Quatre-Bornes. Une imprimante et un ordinateur portable ont été saisis chez les Veeren et des équipements soupçonnés de servir à fabriquer de faux billets ont aussi été saisis chez Yovish Bapamah.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.