Cote d'Ivoire: Flambée des cas de Covid-19 en Côte d'Ivoire - Va-t-on vers la réduction des rassemblements et l'isolement du Grand Abidjan ?

19 Janvier 2021

Ça ne devrait plus tarder. Les Ivoiriens seront très bientôt situés sur les nouvelles mesures restrictives prises par le gouvernement pour contrer la flambée du Covid-19.

En effet, sauf changement de dernière minute, c'est aujourd'hui que le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, Dr Aka Aouélé, transmet au conseil de gouvernement les propositions du comité de veille Covid-19. Il va s'en dire qu'une fois validées, ces propositions feront l'objet de communication en Conseil des ministres et pourquoi pas une réunion du Conseil national de sécurité.

Comme ce fut déjà le cas au tout début de la pandémie avec l'annonce des grandes mesures de restriction. Selon Aka Aouélé, nous en sommes arrivés à ce stade parce que « les recommandations ne sont pas strictement respectées et que l'épidémie continue de progresser dans notre pays ». Un pic a même été observé du 29 décembre au 15 janvier 2021 avec 2680 cas positifs, soit 7,1% de taux. Ce pic était encore plus grave à la date du 12 janvier 2021 (17,9%). Au dire du ministre de la Santé, « nous sommes en train de connaitre une situation similaire au mois de juin 2020 ».

En effet, c'est au cours de ce mois que le pays a connu son pic de la première vague de Covid-19. Dans son rapport sur la Côte d'Ivoire, l'Unicef prend la période du 20 juin au 2 juillet 2020 comme une période de référence en ce qui concerne l'explosion de la Covid-19. Au cours de cette période, le nombre de cas confirmé a triplé. On est passé d'environ 3000 à 9 702 cas positifs. Soit plus de 6 700 nouveaux cas pour le seul mois de juin.

La pandémie s'est étendue à 24 districts sanitaires. Sur les 9 702 cas confirmés, 61% étaient des hommes et 39% des femmes. Et, 68 personnes sont décédées durant cette période (0,7%). Actuellement le taux de létalité est de 0,6%. Quelles pourraient donc être les mesures prises par le gouvernement. Certainement celles qui avaient été mises en vigueur au mois de juin 2020. Ou tout au moins une bonne partie.

De fait, le 11 juin 2020, face à la flambée des cas, le Conseil national de sécurité s'était réuni sous le président de la République, Alassane Ouattara pour arrêter les mesures suivantes :

  • maintien de l'état d'urgence ; maintien de la fermeture des frontières terrestres, aériennes et maritimes ;
  • maintien de la fermeture des bars, boîtes de nuit, cinémas et lieux de spectacle ;
  • maintien de l'isolement du Grand Abidjan, en renforçant le contrôle aux entrées/sorties et en sanctionnant les cas de violation ;
  • maintien de l'interdiction des rassemblements de population, au-delà de 200 personnes pour l'intérieur du pays ; maintien de l'interdiction des rassemblements de population à Abidjan, dont le maximum autorisé est dorénavant réduit de 200 à 50 personnes et suivi sanitaire systématique de toute personne venant de l'extérieur du pays.

Il avait également été décidé du renforcement du contrôle de l'obligation du port du masque. Notamment par la sensibilisation communautaire et la répression, en raison de la non-application par la majorité des mesures barrières et de distanciation physique. Les chefs traditionnels et les chefs de communautés avaient été mis à contribution pour la sensibilisation au respect des mesures barrières.

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.