Maroc: Plusieurs détenus entament une grève de la faim symbolique de 48 heures

Il s'agit de six détenus du mouvement de protestation du Rif, des journalistes Souleiman Raissouni et Omar Radi, et de l'universitaire Maati Monjib. Selon leurs proches, ils entendent ainsi protester contre leur détention, mais aussi plus généralement contre la politique menée par l'État marocain sur le droit de manifestation, la liberté de la presse et d'opinion.

Cela veut dire qu'un mouvement contre la détention politique, contre l'arrestation des activistes et des journalistes à cause de leur opinion commence à s'installer de nouveau. Le fait que des familles ont décidé de travailler ensemble, c'est pour contextualiser aussi leur situation disant que «nous sommes en prison parce qu'au Maroc, il y a une dégradation de la situation des droits humains, il y a une offensive contre les acquis des Marocains en matière de liberté, il y a une politique systémique d'atteinte aux droits et d'infraction des lois». Donc, ils font ce qu'ils peuvent faire en tant que prisonniers d'opinion. Ils sont incarcérés, mais ils appellent tout le monde à agir aussi pour changer les choses et faire en sorte que la situation ne perdure pas.

A La Une: Maroc

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.