Angola: Les privatisations de BCI et de l'ENSA s'achèvent en juin

Luanda — Le processus de privatisation des actifs de l'État à la Banque de commerce et d'industrie (BCI) et à l'entreprise nationale d'assurance d'Angola (ENSA) peut être conclu au premier semestre de cette année.

La prévision a été signalée lundi, à Luanda, par le secrétaire d'État aux Finances et au Trésor, Osvaldo João, soulignant que le processus de privatisation devrait s'accélérer cette année par le biais des ventes aux enchères d'actifs en bourse, un mécanisme qui va dynamiser le marché des actions.

Le secrétaire d'État a exprimé sa confiance dans la continuité des processus de changements opérationnels, en cours, dans le secteur des entreprises publiques.

À cet égard, il a souligné, par exemple, la recapitalisation et la restructuration de la Banque d'épargne et de crédit (BPC, sigle en portugais), la restructuration du fancement de la compagnie aérienne angolaise TAAG et la recapitalisation de plusieurs autres entreprises publiques.

"En termes de privatisations, nous accélérons le programme. Nous pensons que 2021 est l'année clé pour nous, pour accélérer ce programme. Beaucoup a été fait en 2020 et cette année, des grands lancements auront lieu», a-t-il déclaré.

De la liste des 195 actifs et participations dans les branches les plus variées, jusqu'en décembre 2020, les chiffres provisoires indiquaient la cession de 36 actifs et contrats accumulés.

Ce processus a permis la collecte de 355 milliards en privatisations.

En novembre 2020, le secrétaire d'État aux Finances et au Trésor et coordinateur du groupe technique du programme de privatisation (Propriv), Osvaldo João, a déclaré, dans un entretien avec l'ANGOP, que l'État angolais prendrait des mesures très concrètes en 2021, pour la privatisation des actifs.

La prévision a été signalée lundi, à Luanda, par le secrétaire d'État aux Finances et au Trésor, Osvaldo João, soulignant que le processus de privatisation devrait s'accélérer cette année par le biais des ventes aux enchères d'actifs en bourse, un mécanisme qui va dynamiser le marché des actions.

Le secrétaire d'État a exprimé sa confiance dans la continuité des processus de changements opérationnels, en cours, dans le secteur des entreprises publiques.

À cet égard, il a souligné, par exemple, la recapitalisation et la restructuration de la Banque d'épargne et de crédit (BPC, sigle en portugais), la restructuration du fancement de la compagnie aérienne angolaise TAAG et la recapitalisation de plusieurs autres entreprises publiques.

"En termes de privatisations, nous accélérons le programme. Nous pensons que 2021 est l'année clé pour nous, pour accélérer ce programme. Beaucoup a été fait en 2020 et cette année, des grands lancements auront lieu», a-t-il déclaré.

De la liste des 195 actifs et participations dans les branches les plus variées, jusqu'en décembre 2020, les chiffres provisoires indiquaient la cession de 36 actifs et contrats accumulés.

Ce processus a permis la collecte de 355 milliards en privatisations.

En novembre 2020, le secrétaire d'État aux Finances et au Trésor et coordinateur du groupe technique du programme de privatisation (Propriv), Osvaldo João, a déclaré, dans un entretien avec l'ANGOP, que l'État angolais prendrait des mesures très concrètes en 2021, pour la privatisation des actifs.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.