Cote d'Ivoire: Peinture - G.NEA, un jeune artiste plasticien qui s'affirme bien

19 Janvier 2021

Gbédé N'Guessan Emile Auguste affiche quinze années professionnelles de pratique picturale. Inspiré par le peintre Jacobleu, son mentor depuis l'Insaac en 1999, où il a commencé son apprentissage, le jeune plasticien a réussi à imposer sa signature G.NEA au monde de l'art contemporain en Côte d'Ivoire et dans la sous-région.

« J'ai participé à plusieurs expositions ici en Côte d'Ivoire et en Afrique. Je ne suis pas encore allé en Europe, mais mes œuvres si. A Abidjan je suis représenté principalement à la Rotonde des arts au Plateau », a confié G.NEA qui se définit comme un témoin de son temps qui traduit, à travers ses œuvres, le quotidien de ses concitoyens et s'interroge sur les grandes mutations du monde.

Licier (tapisserie) et sculpteur de formation, Gbédé utilise les files de chêne et la liasse comme support de travail. Auxquels il associe des coupures de journaux et de l'acrylique pour donner vie à ses œuvres qui s'inscrivent parfois dans le street art.

« Je m'inspire des faits de société pour mes créations. Par exemple, j'ai une collection sur la guerre de 2011, qui fera l'objet d'une exposition si je réussis à réunir les moyens financiers nécessaires. Cette collection relate ce pan douloureux de la vie de la Côte d'Ivoire et fais une ouverture sur l'espoir de voir les filles et fils de Côte d'Ivoire unis, solidaires, rassemblés et réconciliés pour le bonheur des générations futures », a-t-il indiqué. "100 pour sang", "Rumeur", "Pilonnage présidentielle", "Le bout du tunnel" sont, entre autres, les œuvres qui constituent la collection "Crise 2011" de G.NEA.

A la Rotonde des arts, au Plateau, où sont exposés ses tableaux, "La Joconde ivoirienne", "Corruption" et bien d'autres créations suscitent curiosité et admiration.

Les poids à peser africain, utilisés pour créer les personnages qui se dégagent dans les tableaux, laissent transparaître des personnages énigmatiques.

Aujourd'hui, G.NEA rêve d'une exposition personnelle qu'il prévoit pour mai prochain. « J'ai demandé au ministre de la Culture et de la Francophonie son parrainage et une aide afin de présenter le travail de mes quinze années sur le terrain. J'espère que très bientôt, j'aurai une bonne nouvelle de ce côté. Je souhaiterais que nos autorités se penchent un peu sur notre situation, car depuis la survenu de la pandémie du Covid-19, nous n'avons pas reçu de soutien. Les artistes plasticiens aujourd'hui sont dans la détresse », a lancé G.NEA.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.