Congo-Kinshasa: France - Le Congolais Roger Lumbala reste en prison dans l'attente de son jugement

La justice française a rejeté, mardi après-midi, la demande de remise en liberté de l'ancien député et ministre de RDC. Arrêté à Paris le 29 décembre 2020, il est mis en examen pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de crimes contre l'humanité » et « complicité de crimes contre l'humanité » pour des exactions commises par le groupe qu'il dirigeait dans l'est du pays lors de la deuxième guerre du Congo.

Pour sa première comparution devant la justice française, Roger Lumbala a nié son implication dans les faits reprochés. Il a assuré qu'il n'y avait aucune raison de le garder en détention. Qu'il n'avait, par exemple, ni la volonté ni les moyens de prendre la fuite, de détruire des preuves ou de faire pression sur des témoins potentiels. Ce qu'il aurait pu faire depuis près de 20 ans s'il en avait eu l'intention, estiment ses conseils, qui regrettent par ailleurs que les débats se tiennent à huis clos, et qu'on fasse une « présentation caricaturale » de leur client.

Des crimes dénoncés dans le rapport Mapping

Sur le fond, Roger Lumbala affirme qu'il n'exerçait à l'époque aucun « contrôle effectif » sur les miliciens du RCD-National, le groupe qu'il dirigeait selon le rapport Mapping de l'ONU. Allié à l'ALC de Jean-Pierre Bemba, le RCD-N a participé, selon les experts, à des atrocités entre juillet 2002 et janvier 2003 en Ituri et dans le Haut-Uélé. Des meurtres, des viols, des tortures, des mutilations, et même de possibles actes de cannibalisme.

C'est la première fois que le rapport Mapping sert de base à une procédure judiciaire, s'était félicité au début du mois le parquet antiterroriste français.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.