Congo-Brazzaville: Katanga - L'Asadho condamne la violence dans l'interpellation du pasteur Ngoy Mulunda

Ayant désapprouvé les propos séparatistes, xénophobes et incitant à la haine tribale tenus par l'ex-président de la Centrale électorale congolaise, Me Jean-Claude Katende, juge, cependant, « inacceptable dans un Etat de droit que l'arrestation du pasteur Daniel Ngoy Mulinda soit émaillée d'une telle violence ».

L'Association africaine de défense des droits de l'homme (Asadho) condamne la violence et la brutalité ayant accompagné l'interpellation, à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, de l'ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), le pasteur Daniel Ngoy Mulunda. Intervenant, le mercredi 20 janvier, sur les ondes de Radio Okapi, le président de cette ONG de défense des droits de l'homme, Me Jean-Claude Katende, rappelle également que Daniel Ngoy Mulunda jouit encore de la présomption d'innocence lui reconnue par la loi.

Me Jean-Claude Katende, qui désapprouve, toutefois, les propos séparatistes, xénophobes et incitant à la haine tribale tenus par l'ex-président de la Centrale électorale congolaise, juge, cependant, « inacceptable dans un Etat de droit que l'arrestation du pasteur Daniel Ngoy Mulinda soit émaillée d'une telle violence ». Le pasteur Ngoy Mulunda, a-t-il fait savoir, a été interpellé avec beaucoup de brutalité et des dégâts dans sa maison, ce qui n'est pas conforme aux lois de la République.

L'ONG dit, par ailleurs, exiger aussi des poursuites judiciaires contre des agents de l'ordre qui ont mené cette interpellation et qui ont détruit le domicile du pasteur Daniel Ngoy Mulunda.

L'ex-président de la Céni, gardé dans la prison de Kasapa, à Lubumbashi, est jugé en procédure de flagrance. Il avait été arrêté, le 17 janvier à Lubumbashi, par des agents de l'Agence nationale de renseignements, après une prédication, le 16 janvier en mémoire de Laurent-Désiré Kabila, dans laquelle il avait tenu des propos jugés séparatistes, sécessionnistes et tribalistes. Dans son prêche, indiquent des sources, qui s'appuient sur des vidéos qui circulent sur le net, en présence de plusieurs membres de l'ancienne mouvance présidentielle, le pasteur Ngoy Mulunda et notable katangais a posé des préalables si les dirigeants actuels ne souhaitent pas voir l'ex-Katanga se détacher du reste du pays.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.