Angola: Le pays enregistre une baisse annuelle de 15% de la production pétrolière

Luanda — La production de pétrole en Angola diminue chaque année de l'ordre de 15%, soit environ 140 mille barils par jour, a révélé mercredi le président du conseil d'administration de l'Agence nationale du pétrole et du gaz (ANPG), Jerónimo Paulino.

La baisse de la production est due au manque d'investissements dans la recherche, l'exploration, le raffinage et le stockage au cours des dernières années.

A l'heure actuelle, la production annuelle du pays est estimée à un million 220 mille barils par jour, mais pour atteindre ce chiffre, le secteur a eu recours, ces dernières années, à l'exploration de gisements marginaux, qui ne sont pas économiquement attractifs à développer et à produire.

Pour être attractif, l'Exécutif angolais a créé une loi en 2018 pour inciter les investisseurs à développer des domaines marginaux et permettre également aux entrepreneurs de récupérer les ressources à investir.

Sans cette ressource, selon le directeur, la production de pétrole en Angola pourrait être d'environ un million 80 mille barils par jour.

Concernant la forte baisse de la production pétrolière dans le pays, le ministre des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz (Mirempet), Diamantino Azevedo, qui s'est exprimé lors d'un forum dénommé «Café com Jornalistas», promu par son secteur, a déclaré que «le pays est coupable de ce déclin».

«Nous n'investissons pas dans le stockage et le raffinage. C'est de notre faute », a déclaré le ministre, ajoutant que la production pourrait encore baisser si la recherche continuait à faire défaut.

Concernant l'exploration pétrolière dans la province de Namibe, Diamantino Azevedo a déclaré qu'il est possible de maintenir un équilibre entre l'exploration pétrolière et l'environnement, sans préjudice des intérêts de l'activité de pêche, très développée dans la région.

Il a expliqué qu'un changement dans la matrice énergétique est en cours, dans le monde entier, ce qui réduira l'importance du pétrole.

La baisse de la production est due au manque d'investissements dans la recherche, l'exploration, le raffinage et le stockage au cours des dernières années.

A l'heure actuelle, la production annuelle du pays est estimée à un million 220 mille barils par jour, mais pour atteindre ce chiffre, le secteur a eu recours, ces dernières années, à l'exploration de gisements marginaux, qui ne sont pas économiquement attractifs à développer et à produire.

Pour être attractif, l'Exécutif angolais a créé une loi en 2018 pour inciter les investisseurs à développer des domaines marginaux et permettre également aux entrepreneurs de récupérer les ressources à investir.

Sans cette ressource, selon le directeur, la production de pétrole en Angola pourrait être d'environ un million 80 mille barils par jour.

Concernant la forte baisse de la production pétrolière dans le pays, le ministre des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz (Mirempet), Diamantino Azevedo, qui s'est exprimé lors d'un forum dénommé «Café com Jornalistas», promu par son secteur, a déclaré que «le pays est coupable de ce déclin».

«Nous n'investissons pas dans le stockage et le raffinage. C'est de notre faute », a déclaré le ministre, ajoutant que la production pourrait encore baisser si la recherche continuait à faire défaut.

Concernant l'exploration pétrolière dans la province de Namibe, Diamantino Azevedo a déclaré qu'il est possible de maintenir un équilibre entre l'exploration pétrolière et l'environnement, sans préjudice des intérêts de l'activité de pêche, très développée dans la région.

Il a expliqué qu'un changement dans la matrice énergétique est en cours, dans le monde entier, ce qui réduira l'importance du pétrole.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.