Ile Maurice: «Le MSM détient le téléphone de mon mari», dit Simla Kistnen

Elle est désormais plus que jamais convaincue. Le Mouvement Socialiste Militant (MSM) est bel et bien lié à la mort de son mari Soopramanien Kistnen. La preuve: la vidéo comportant une photo d'une femme tatouée au dos.

En effet, après avoir colporté et fait afficher sur Facebook et ailleurs toutes sortes de rumeurs sur Soopramanien Kistnen, des sympathisants du MSM ont franchi la ligne jaune : ils s'attaquent maintenant à la cause de tous leurs malheurs, la veuve Simla Kistnen . Cette dernière, déjà éprouvée par la mort de son mari et par d'autres torts directement causés par le pouvoir, n'en démord pas pour autant. «La photo de dos d'une femme avec un tatouage, c'est bien moi ! Seulement, la photo a été prise par nul autre que mon défunt mari, Kaya.»

D'ajouter, sérieusement, que : «Cette photo se trouvait sur le portable de Kaya, comment se fait-il que le contenu soit maintenant aux mains des sympathisants MSM?»

Cela prouve deux choses, nous dit Simla Kistnen, pleine de colère. «D'abord, que le MSM est lié à la mort de mon mari car le téléphone porté disparu se trouve en leur possession. Deuxièmement, cela prouve que le MSM ne reculera devant rien pour contre-attaquer au lieu de donner des explications aux nombreuses questions posées à certains ministres.» Pour elle, si le pouvoir et ses acolytes s'attaquent maintenant à une veuve éplorée en inventant des histoires là il où il n'y en a pas, c'est qu'il est capable de tout, y compris de tuer.

Ce qu'elle n'a pas dit, c'est que sa détermination et son courage à entrer des actions et à témoigner contre le pouvoir, et en particulier contre Yogida Sawmynaden, commencent à embarrasser sérieusement dans les hautes sphères. D'où cette démarche, nous dit un proche, «d'essayer de casser le moral de Simla».

«Bien sûr, que ces images jetées en pâture nous embarrassent, moi en premier et mes proches», soutient Simla Kistnen. «Rien ne m'obligeait à commenter encore plus cette vidéo. Mais je ne peux cacher la vérité et dois dénoncer cet acte malveillant qui tente de nous éloigner des véritables enjeux, à savoir le meurtre de Kaya et la corruption de certains ministres.»

Où sont passées les associations féminines, s'enrage une nièce. «Et la ministre de l'Égalité du genre ? Que répond Leela Devi-Dookun à cette campagne nauséabonde, sexiste et fausse ?»

Un proche insiste : «Puisque le contenu du téléphone est entre les mains du MSM, cela veut tout dire, alors que la police recherche toujours les cellulaires.» C'est vrai, nous dit un policier, celui ou celle qui possède les cellulaires de Kaya possède la clé du mystère de son assassinat. Simla Kistnen, qui affirme ne pas être intimidée, est décidée à tout déballer, même d'autres informations qu'elle n'a pas voulu rendre publiques jusqu'à présent.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.